Premiers spectateurs de Minuscule

-A A +A
Minuscule sur grand écran : le pari est réussi. Le long métrage d'animation tourné en 3D dans les décors naturels des Écrins et du Mercantour vient de sortir en salle. L'avant-première proposée à Gap dimanche dernier est l'occasion de revenir sur les coulisses du tournage et du partenariat avec les Parcs nationaux et le comité départemental du tourisme des Hautes-Alpes.

Clap-Minuscule gallerythumbnailLa société Futurikon, productrice du film, n'en est pas à son coup d'essai quand elle invite le Parc national du Mercantour et celui des Écrins à entrer dans un partenariat avec eux pour la réalisation d'un long métrage. L'histoire : le voyage initiatique et combien aventureux d'une colonie de fourmis noires tentant de ramener à la « grande cité » une réserve de sucre en morceaux abandonnés lors d'un pique-nique écourté.
Rien jusqu'ici de ce scénario très simple n'a de quoi soulever enthousiasme et passion.
Mais les exigences mises dans ce film vont rapidement transformer ce qui semble une lubie en grand projet cinématographique.
"Minuscule, la vallée des fourmis perdues" était projeté en avant-première, dimanche 26 janvier à Gap. La société Futurikon et le cinéma le Palace avaient organisé cette projection dans deux salles à la fois.
L'étonnement, l'émerveillement furent au rendez-vous. Le CDT des Hautes-Alpes et le Parc national des Écrins ont été félicités pour leur appui à une création de cette qualité et de cette échelle.

2014-01-minuscule-palace1

L'une des deux salles de la projection en avant-première du film "Minuscule, la vallée des fourmis perdues" dimanche 26 janvier à Gap, en sortie nationale ce mercredi 29 janvier et bientôt dans une quarantaine de pays.

altDans les coulisses du tournage

L'ambition n'est rien moins que de tourner le décor en milieu naturel avec une caméra révolutionnaire associant trois têtes de prises de vues pour une image en trois dimensions d'une précision, d'une profondeur et d'une mobilité confondantes.

Ce tournage en décor réel n'est rien d'autre que le décor grandiose et merveilleux de l'épopée d'un groupe de fourmis noires ramenant un trésor de nourriture dans la grande cité des fourmis. Les fourmis rouges convoitent elles aussi cette formidable réserve énergétique et le partage s'avère impossible.
La caméra filme et voit par les yeux des fourmis et de tout le foisonnant du peuple des petites bêtes.

Les personnages sont créés à la palette graphique et insérés dans les décors réels.
Tous les mouvements, déplacements, attaques, chutes, transports, acquièrent une fluidité jamais vue dans ce registre du film d'animation . La tête nous tourne à suivre les exploits de ces insectes, fourmis et « autres petits monstres » aux prises avec les reliefs et les éléments dans toute la démesure d'un monde fait pour les grands.

2014-01-minuscule-palace2
Bertrand Galtier, directeur du Parc national des Ecrins (au centre), Patrice Céa, directeur du Comité départemental du Tourisme des Hautes-Alpes et Mylène Olivier, productrice déléguée du film pour la Région PACA donne le sens de cette avant-première et du partenariat mis en place pour ce film de portée internationale.

Bertrand-Galtier-directeur-du-Parc-national-des-Ecrins-en-seance-de-derushage-en-3D mediumLe partenariat avec les Parcs nationaux des Écrins et du Mercantour a essentiellement consisté en la recherche des lieux de tournage répondant aux exigences du film.
Première exigence : l'accessibilité à des sites très définis pour qu'un camion régie et une équipe de tournage d'une vingtaine de personnes puissent être accueillis et travailler sur place.
Deuxième exigence, les sites ... Pour les Écrins, il s'agissait de trouver un très beau torrent, une cascade de grande ampleur et un grand plateau réunissant de très belles prairies de fauche en pleine floraison à proximité de blocs jouxtés de mélèzes ouvrant sur des lointains de haute montagne.
Dans ces prairies de fauche, un rail devait pouvoir être installé qui favoriserait les longs travellings au cœur de la végétation, vision supposée d'insectes en plein vol dans cet embrouillamini végétal.

Minuscule-est-realise-simultanement-en-2D-et-en-3D-grace-a-une-camera-stereoscopique mediumTournage-de-la-scene-de-la-poursuite-sur-le-plateau-de-la-Coche-en-Champsaur mediumLes belles cascades du Valgaudemar, à La Chapelle, répondront parfaitement aux paysages de l'eau. Quant aux prairies, c'est avec la complicité de Madame le maire de Saint-Jean Saint-Nicolas et des agriculteurs exploitants les prairies qu'un report de la fauche a pu être négocié ainsi qu'un accès privatisé pendant 5 jours au plateau de la Coche .
Météo, beauté des sites, jeux magnifiques des lumières naturelles, silences et grésillements de tous les insectes ont permis un tournage idéal. Du côté des cascades, la prouesse technique le disputait à la sécurité et c'est Norbert Vincent et un autre montagnard qui ont apporté leur concours pour sécuriser les caméramen et preneurs de sons.

« Le tournage dans les Écrins n'a pas dépassé la semaine mais les journées furent intenses autant que phénoménal le matériel déployé faisant ouvrir de grands yeux aux non spécialistes que nous étions découvrant sur les écrans de contrôle, à l'ombre des mélèzes, ces travellings époustouflants aussi impressionnants que les courses filmées en caméras embarquées des bolides motorisés » raconte Claude Dautrey qui a accompagné la recherche des sites dans les Écrins.

Sans doute, le partenariat aurait-il pu aller plus loin « en particulier à travers un cahier pédagogique consacré à la diversité du vivant minuscule le plus diversifié et le plus méconnu, celui-là même qui est englobé dans le terme générique de biodiversité ». Ce ne fut pas le cas mais l'aventure en elle-même valait déjà la peine.

Le film a l'ambition d'une sortie mondiale et déjà quarante pays se sont engagés dans la diffusion et l'exploitation de ce film chez eux,de la Chine aux Amériques.
Si tous ces pays retiennent que les décors sont ceux des espaces naturels protégés de deux parcs nationaux français, le Parc national des Écrins et le département des Hautes-Alpes auront eu raison de travailler à ce partenariat d'un genre nouveau.

Enfin, la qualité de ces paysages préservés pourrait bien donner des idées à d'autres réalisateurs pour tourner dans des cadres aussi admirables... Une vraie démonstration que la conservation est un facteur de développement.

Pour tous ceux qui avaient déjà vu les sketches de « Minuscule » saison 1 à la télévision, le passage des films drôlatiques de 3 minutes à 1h30 peut surprendre. Or, les trouvailles sont innombrables et le film pourtant fait seulement de bruitages et de sons de nature ne souffre à aucun moment de longueurs ou de déficits de dialogues.
Le langage visuel et sonore est universel et c'est à coup sûr ce qui a séduit un si grand nombre de pays. Le langage cinématographique s'appuie sur le langage universel de la nature que chacun a construit en lui depuis l'enfance. A VOIR ABSOLUMENT !!!