La faune en hiver : survivre !

-A A +A
En hiver, les animaux ne vivent que grâce aux réserves accumulées pendant l'été. Chaque dérangement les oblige à puiser dans leur stock d'énergie et réduit leurs chances de survie. La multiplication et la diversité des pratiques sportives et de découverte accroit les risques. A chacun d'en être conscient et d'adapter un comportement qui respecte les espèces et leurs milieux de vie.

À petit pas, sans bruit, le randonneur s'approche du chamois. L'animal l'a vu. Un pas de plus et il partira. Dans sa fuite, il aura perdu inutilement un peu de l'énergie dont il avait besoin pour résister à l'hiver. Au chaud, le soir dans son canapé, le randonneur goûtera peut-être encore la satisfaction d'avoir réussi à venir au plus près de la vie sauvage. On le comprend. Mais demain, un autre viendra tenter sa chance, puis d'autres encore... Nous sommes de plus en plus nombreux à souhaiter cette « rencontre » avec la nature. Difficile de connaître l'impact réel de cette fréquentation de la montagne sur la faune. La précaution s'impose. Elle passe par l'information et la responsabilisation de chacun.

En montagne, l'hiver peut durer de novembre à mai. Parmi les animaux, certains partent et migrent plus ou moins loin pour des territoires aux conditions plus clémentes, certains hibernent et pour les autres il faut tenir et survivre à l'hiver. Pendant plus de 6 mois, ils subissent de plein fouet le froid, le vent, la neige et le manque de nourriture.

Alors que les animaux ont davantage de besoins énergétiques pour se déplacer et pour maintenir leur température constante, les apports en nourriture sont plus faibles.

2012-12-herbe-hiver 2012-12-ongules-hiver

L'herbe sèche est 4 fois moins nourrissante qu'au printemps. Les ongulés passent alors trois fois plus de temps à se nourrir.

2012-12-ibex-hiver

Le bouquetin mâle peut perdre un tiers de son poids en hiver.

Les animaux ne vivent que grâce aux réserves accumulées pendant l'été. Ils doivent donc économiser leur énergie.

2012-tetras-hiver 2012-12lago-hiver

Le froid accentue les besoins en énergie. Le tétras lyre et le lagopède ont besoin de 2 à 3 fois plus d'énergie pour maintenir leur corps à température. En hiver, ces perdrix passent plus de 20h dans des igloos, enfouis sous la neige. Des dérangements et envols répétés les affaiblissent parfois jusqu'à épuisement.

Dans la neige, les animaux consomment beaucoup plus d'énergie pour se déplacer et impossible pour eux de refaire les stocks !

Voir le diaporama "Chuut, c'est l'hiver"

Survivre à l'hiver par Parc-national-des-Ecrins

Un diaporama a été conçu pour mieux faire comprendre comment les animaux parviennent à survivre à l'hiver et donner quelques conseils pour aborder le milieu montagnard en hiver avec le plus grand respect.
Réalisation Pascal Saulay - service accueil-communication - Parc national des Écrins

Un espace partagé

La montagne en hiver est également le terrain privilégié pour nombre de sports de nature. La pratique du ski de randonnée commence désormais dès les premières neiges, les raquettes à neige permettent de parcourir la montagne pour des pratiquants qui jusqu'alors ne s'aventuraient pas en montagne. À ces sports plus classiques s'ajoutent désormais de nouvelles disciplines telles que le snow kite, le ruisseling, dry-tooling... Autant de pratiques qui sont des invitations à la découverte... et qui peuvent avoir des incidences sur la faune.

Souvent par envie de mieux voir cette magnifique faune de montagne, et par méconnaissance des conséquences, les randonneurs et skieurs s'approchent des animaux au plus près, jusqu'à la fuite des animaux. Si ce dérangement apparaît unique pour son « auteur », et donc sans impact sur l'animal, il peut être subi de façon répétitive.

Le dérangement oblige l'animal à se déplacer, à puiser dans son stock d'énergie et s'ajoute alors aux conditions hivernales difficiles. Il peut être l'élément « de plus » qui va l'épuiser voire le tuer.

Expositions, conférences, panneaux d'information... En hiver, le message du Parc national des Écrins est une invitation permanente au respect du milieu naturel.

La campagne "Chuut, c'est l'hiver" est relayée par les partenaires du Parc national dans les Écrins.

Pour une meilleure approche de la nature en l'hiver, faites appel aux professionnels de la montagne, guides et accompagnateurs qui vous conduiront en raquettes ou à ski vers une découverte respectueuse du milieu naturel. Les sorties "traces douces" sont proposées dans cet esprit dans le Briançonnais, la Vallouise et l'Embrunais.

Consulter le programme des animations pour l'hiver 2020-2021.

Observez la faune à distance ! Si l'animal s'enfuit, c'est que vous êtes déjà trop proche.

Pour limiter les dérangements, il faut adapter son comportement et appliquer quelques règles.

Le cœur du parc national des Écrins constitue une zone de tranquillité dans lesquels tous les animaux, quels que soit leur statut, sont préservés.

Pour ces raisons, certaines pratiques sont encadrées, voire interdites l'hiver :

  • Les circulations motorisées, terrestres et aériennes, sont interdites sauf autorisation du directeur.
  • Les routes ouvertes à la circulation publique ne sont pas déneigées en hiver.
  • Les manifestations sportives sont soumises à autorisation du directeur.
  • Les survols à vol à voile (planeur) sont limitées à des couloirs de transit situés à plus de 2 800 m d'altitude.
  • Les survols en vol libre (deltaplane et parapente) sont interdits du 1er novembre au 1er mai.
  • Les chiens sont interdits, été comme hiver.
  • La pratique du snow kite, cerf-volant de traction sur neige, est interdite dans le cœur du parc et les réserves naturelles.

2012-kite-600
Seule une zone est autorisée dans le secteur du Lautaret par autorisation du directeur du Parc. Cet espace convoité par les pratiquants est une zone où les enjeux environnementaux sont moindres.

  

Les pratiquants de snow kite sont invités à se renseigner pour connaître les espaces où la pratique est autorisée ou interdite (comme ci-dessus pour le parc national des Écrins).

Secu-snowkite-site-2012