ABC de Saint-Léger : compte rendu… et suites !

-A A +A
Depuis 2019, Saint-Léger-les-Mélèzes (Champsaur) travaille à son atlas de la biodiversité communale (ABC). Le 18 août dernier à la salle des fêtes, le travail accompli a été présenté aux habitants et aux élus du conseil municipal par le bureau d'étude Montéco. À l’occasion de cette restitution, des animations sur la botanique et les araignées ont été proposées au grand public.

Saint Léger les Mélèzes © D. Vincent - PNE

Un territoire riche et engagé

En apprendre plus sur la faune, la flore et les milieux naturels d’un territoire : c’est tout l’objet des atlas de la biodiversité communale (ABC) menés partout en France. Dans le parc national des Écrins, celui de Saint-Léger-les-Mélèzes avait donné la priorité au recensement et à l’étude de 3 groupes méconnus : les lichens, les escargots et limaces, et les syrphes et bourdons.

Animation botanique avec Doug Evans © M. Corail - PNE Une vingtaine d’habitants et de membres du conseil municipal se sont réunis le 18 août dernier pour connaître les résultats de ces inventaires. Lors du compte rendu de Caroline Guigner du bureau d'étude Montéco, l’accent a été mis sur la grande diversité de milieux naturels à Saint-Léger, tous plus riches les uns que les autres. Une incroyable variété en faune et en flore due principalement aux différences d’altitudes importantes dans cette petite commune. Autre élément pointé du doigt par le bureau d’études : l’engagement de la commune pour la préservation de la biodiversité.

Les résultats de l’ABC devant être pris en compte dans les documents d’urbanisme, les discussions n’ont pas manqué. Concilier développement et biodiversité, préserver des corridors écologiques, lutter contre la pollution lumineuse, sont quelques uns des sujets qui ont été abordés pendant la restitution. Les participants ont également reparlé du cas exemplaire de la retenue de Libouse, dont les amphibiens avaient été « déménagés » pour les préserver des travaux d’agrandissement de la retenue en 2014. Au-delà du sauvetage de ces petits habitants, cette opération a également permis d’inventorier et de mettre en valeur les espèces présentes. Un beau projet qui avait connu quelques réticences au départ mais dont tout le monde est très satisfait aujourd’hui !

Les araignées, nouvel objectif

Animation araignées avec Anne Bounias-Delacour © M. Corail - PNEImpossible de parler inventaire de la biodiversité sans mettre le nez dehors ! La restitution de l’ABC a donc été l’occasion de proposer dans l’après-midi une sortie botanique d’altitude conduite par Doug Evans et une animation sur les araignées sous la houlette de Anne Bounias-Delacour, spécialiste régionale de ces invertébrés.

Épeire diadème © M. Corail - PNEUne vingtaine de participants sont ainsi partis explorer les alentours du Refuge des animaux à la recherche d'araignées. Suite à cette prospection, une animation pour les enfants sur le monde fantastique des arachnidés s’est faite sur la terrasse de l’écomusée.

Passé les réticences de certains (bien trop souvent par méconnaissance ou a priori !), tous les participants ont pu au final satisfaire leur curiosité et découvrir avec fascination une belle diversité de spécimens remarquables, notamment l'épeire à quatre points, l’épeire diadème ou encore la pisaure admirable.

Cet inventaire participatif a permis de répertorier 23 espèces d’araignées réparties en 10 familles. Deux nouvelles espèces, l’épeire des marais et l’épeire alpine, ont également pu être ajoutées aux inventaires du Parc national. Cet ajout porte à 398 le nombre d’espèces observées sur son territoire. À noter que l’épeire des marais est assez rare dans le monde : on la trouve uniquement en France et en Péninsule ibérique.

Animation araignées avec Anne Bounias-Delacour © M. Corail - PNE

Et pour la suite ?

Épeire à quatre points © J. Raillot - GRENHA Personne ne compte s’en arrêter là : le rendez-vous a d’ores et déjà été pris pour 2023 afin de mener des inventaires arachnologiques complémentaires sur le territoire de la commune, tant il reste à découvrir...

Suite aux récoltes faites en 2019 sur les 3 groupes prioritaires de l’ABC (gastéropodes, syrphes, bourbons et lichens), une nouvelle boîte de collection des coquilles confiée par Damien Combrisson (Parc national des Écrins) et une boîte bourdons réalisée par Bernard Frin (Groupe des entomologistes des Hautes-Alpes) seront installées à l’écomusée de Saint-Léger. À découvrir prochainement !