La vie secrète des lacs d’altitude : décryptage

-A A +A
Les rencontres Lacs Sentinelles se sont tenues le 23 novembre 2020. Elles ont été l’occasion pour les scientifiques de présenter plusieurs études en lien avec les lacs d’altitude. Le réseau Lac sentinelles réunit depuis une dizaine d'années des gestionnaires d'espaces protégés, dont le Parc national des Écrins, des scientifiques et des usagers des lacs d'altitude. Coordonné par Asters, le conservatoire d'espaces naturels de Haute-Savoie, il a pour vocation d'améliorer les connaissances sur le fonctionnement des lacs d’altitude pour mieux les préserver.

Refuge et lac de la Muzelle - © J-P Telmon - PNE Des rencontres virtuelles mais participatives

Pour l’édition 2020 des rencontres Lacs sentinelles, les participants n'ont pas pu se retrouver dans un même lieu en raison du confinement. Ils ont cependant pu échanger grâce à une visioconférence bien préparée et animée par Raphaëlle Napoléoni et Carole Birck d'Asters ! Plus de 70 participants ont pu suivre les présentations et échanger via le chat et les questions participatives, grâce à une animation dynamique tout au long de la journée.

La respiration des lacs d’altitude

Si ces rencontres ont été virtuelles, les travaux exposés sont eux bien réels ! Plusieurs études ont été présentées, en particulier autour du thème de la dynamique hydrologique et du métabolisme des lacs d'altitude.

Les lacs d'altitude "respirent" selon un cycle annuel : pendant la période hors glace, le phytoplancton et les communautés végétales réalisent la photosynthèse et produisent de l'oxygène utilisé par tous les organismes vivants pour respirer. En hiver, le lac étant sous la glace, la production d'oxygène s’effondre et une partie des organismes vivants entre en dormance. Toutefois, certains organismes continuent à respirer et consomment l'oxygène produit pendant l'été.
Ainsi, une étude sur le lac de la Muzelle a montré que la diminution de l'oxygène dans le lac sous la glace en hiver est contrôlée principalement par la dégradation de la matière organique dans les sédiments.

Suivi du lac sentinelle de la Muzelle - © J-P Telmon - PNE Déchargement des capteurs - © D. Jezequel

L'importance du microclimat dans la dynamique thermique des lacs a également été démontrée. Les capteurs déployés dans plusieurs lacs et à proximité permettent d'améliorer les modèles climatiques et de mieux comprendre l'influence du vent, de la température de l'air et des précipitations sur l'évolution des températures dans le lac. 

Mise en place de la station météo de la Muzelle - © J-P Telmon - PNE Mise en place de la station météo de la Muzelle - © J-P Telmon - PNE

Une équipe dynamique de scientifiques

Preuve du dynamisme des chercheurs scientifiques, plusieurs projets futurs ou en cours ont été présentés : on peut citer notamment des projets en lien avec le changement climatique (zones humides d'altitude, nouveaux lacs apparaissant suite au retrait des glaciers) et l'impact des activités humaines au travers des microplastiques (projet Plastilac).

Les présentations des recherches sont disponibles sur le site internet du réseau Lacs sentinelles.