Col du Lautaret : retour au naturel

-A A +A
Le démantèlement des deux téléskis, obsolètes depuis presque dix ans, est en cours. Ces équipements étaient situés dans la réserve naturelle du Combeynot qui est ainsi re-naturée avec l'objectif, à terme, de requalifier globalement le site naturel du Lautaret.

Les deux téléskis situés au col du Lautaret ont été créés dans les années 70. Les pistes permettaient la pratique du ski de piste notamment pour les classes en séjour « classe de neige » sur la vallée de la Haute Romanche.

Le chantier de démantèlement des téleskis du Lautaret a commencé. Il se poursuivra la semaine prochaine en fonction des conditions météorologiques.

"Les conditions hivernales étaient rudes sur ce domaine dont la sécurisation était difficile"  indique Xavier Cret, maire de Villar d'Arène et président du syndicat mixte des stations village de la Haute Romanche. "La pratique du ski alpin a été déplacée dans nos communes, près des villages. Le développement des remontées  mécaniques en face du village de Villar d'Arène et sur le hameau du Chazelet a fait que la petite station n'est plus exploitée depuis 2004".

2013-10-tls-lautaret-2952013-10-tls-lautaret-site295

Or, ces téleskis sont situés dans un territoire de très grande valeur paysagère et très riche en terme de biodiversité. Cet espace est d'ailleurs classé depuis 1974 en réserve naturelle nationale du Combeynot. Il fait également partie du site Natura 2000 Lautaret – Combeynot – Ecrins.

2013-10-tls-lautaret1

« Ce territoire est tout aussi riche que le cœur du parc national des Ecrins » explique Hélène Quellier, chargée de mission au Parc national des Ecrins. « En 1974, il avait été classé en réserve naturelle nationale, et non pas dans la zone centrale du parc afin de permettre l'exploitation raisonnée du domaine skiable. Or, la loi de 1976 de protection de la nature a changé les fondements des réserves naturelles. La réglementation est désormais plus stricte dans la réserve que dans le cœur du parc...».

2013-10-tls-lautaretv295La présence de ces équipements devenus obsolètes dénaturait le site. La décision et l'organisation du démantèlement de la petite station a  pu se faire grâce à la collaboration entre le Syndicat mixte des stations village de la Haute Romanche et le Conseil général des Hautes Alpes, gestionnaire des remontées mécaniques, avec l'appui du Parc national des Ecrins, gestionnaire de la réserve naturelle.

Xavier Cret,  président du Syndicat mixte et vice-président du Parc national souligne que "les câbles étaient de plus préjudiciables aux tétras lyre et lagopèdes alpins présents sur le site et qui pouvaient les percuter".

L'opération est financée par des crédits européens et nationaux Natura 2000, assortis d'une subvention du Parc national des Ecrins.

Une première étape vers la requalification du site

Les travaux consistent en un démantèlement des deux téléskis avec le démontage et l'évacuation des pylônes, câbles, socles et contre-poids en béton. Les méthodes les plus douces ont été préférées pour réaliser ce chantier dans cet espace préservé. L'évacuation des matériaux est réalisée à pied, par hélico ou par des engins motorisés légers. L'ensemble des matériaux sera alors évacué vers un centre de retraitement des déchets.

2013-10-chantier-telskis2
Le chantier bénéficie du soutien financier de l'Europe, de crédits Natura 2000 et d'une subvention du Parc national des Écrins.

La particularité du projet tient aussi au fait que la commune de Villar d'Arène a présenté un projet global de requalification du site «naturel» du Lautaret, dans lesquels s'inscrivent ces travaux. « Le démantèlement des remontées mécaniques est une première étape dans la valorisation du site. La restauration du bâtiment, l'enfouissement des lignes électriques, le remplacement de la canalisation du captage du Laurichard ou encore  la création d'une aire d'accueil pour les campings-cars sont également prévus » ajoute son maire, Xavier Cret.

Le chantier devrait se poursuivre la semaine prochaine, en fonction des conditions météorologiques.