Fonctionnements et organisation

-A A +A

Le siège administratif du Parc national des Ecrins est situé sur les hauteurs de la ville Gap dans les Hautes-Alpes. Dans ses locaux, installés au Domaine de Charance, on y trouve la direction, le secrétariat général et les trois services thématiques : aménagement/développement local, scientifique, accueil/communication).

Sept implantations territoriales réunies en quatre "secteurs géographiques, comportent chacune une équipe de terrain décentralisée, avec des bureaux installés dans les Maisons du Parc dans le Champsaur-Valgaudemar, l'Embrunais, la Vallouise- Briançonnais, l'Oisans-Valbonnais.

Le Parc s’appuie sur ces équipes de secteur en charge de la gestion et de l’animation quotidienne de ce vaste territoire.
Les maisons du parc sont des lieux permanents d’accueil des publics et de rencontres avec les acteurs locaux. Parallèlement, le siège est doté de services thématiques qui assurent le suivi des missions transversales.
Les secteurs géographiques concernent deux départements, les Hautes-Alpes et l’Isère et deux régions : Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Rhône-Alpes.

Vous trouverez ci-dessous le détail des organigrammes institutionnel et fonctionnel (documents à télécharger) du Parc national des Écrins.

Le contrat d'objectifs 2015-2017 entre l’État et l'établissement public du Parc national des Écrins peut être téléchargé en pied de page.

Voir aussi les Rapports d'activités et Bilans

Les instances de la vie du Parc :

Le conseil d’administration

Composé de 52 membres, avec une majorité de sièges occupée par les acteurs du territoire qu’ils soient des élus ou des personnalités qualifiées, le conseil d’administration est l’instance qui arrête la politique du Parc national.
Il est actuellement présidé par Bernard Héritier, maire de Valjouffrey. Il a été renouvelé pour une durée de 6 ans par arrêté ministériel du 9 novembre 2015 (modifié en janvier 2017) et une actualisation de la composition du collège des élus locaux est programmée pour l’automne 2017.

Le conseil scientifique

Constitué d’une vingtaine de membres sollicités pour leurs compétences dans la connaissance du patrimoine naturel et culturel, il est une instance de conseil dont l’avis est obligatoire pour tous les travaux concernant le coeur du Parc. La nouvelle loi de 2006 a nettement renforcé son rôle.
Il est actuellement présidé par Marie-Hélène Cruveillé, directrice de l'IRSTEA.
Lire : Le "nouveau" Conseil scientifique - avril 2015

• Le conseil économique, social et culturel

Sa création a été prévue par la loi de 2006. C’est un lieu de débat et de concertation qui regroupe des représentants des commissions thématiques. Son installation a eu lieu à l’occasion d'une assemblée générale du Parc, le 15 novembre 2008, au Monêtier-les-Bains.

Formé par des membres du conseil d’administration et d’autres personnalités compétentes et désireuses de contribuer au projet Parc, il a apporté sa contribution à la rédaction de la charte. Son objectif est de favoriser la concertation avec les acteurs du territoire, organiser le débat sur les orientations à retenir et, à terme, en suivre la mise en oeuvre. Des groupes de travails abordent différentes thématiques : 

- Le groupe “Patrimoines” échange autour patrimoines naturel (connaissance et gestion), culturel et paysager (bâti, savoir-faire, mémoire du territoire).
- Le groupe  “Accueil, pédagogie et culture” travaille sur les infrastructures d’accueil, animations scolaires et grand public, la politique éditoriale, le soutien à la vie culturelle.
- Le groupe “Développement économique” s'intéresse aux questions relatives à l’agriculture (gestion de l’espace, économie...) à l’artisanat et au tourisme (mise en réseau des acteurs du tourisme, produits, promotion...).