Sentiers

-A A +A

Presque 700 km de sentiers sont entretenus dans le cœur du parc national. À ceux-ci s’ajoutent une centaine de passerelles et de très nombreux panneaux de signalétique pédestre. Pour le visiteur, le sentier est la première approche du territoire du parc national. La qualité de ces itinéraires est une garantie pour l'offre d'accueil dans les Écrins.

Passerelle Tourond - Champsaur -photo Stéphane D'houwt - Parc national des Ecrins

Sentier glacier blanc - photo Stéphane D'houwt - Parc national des EcrinsLe Schéma des sentiers de randonnée pédestre du Parc national des Écrins, créé avec le Parc en 1973, est issu du réseau ancestral des sentiers d'accès aux alpages et aux forêts.

Il recense les itinéraires de randonnée pédestre d’accès au cœur du parc depuis les vallées et les villages.

Donnant accès à la découverte des richesses patrimoniales du massif, ces sentiers gardent une fonction utilitaire très importante pour le pastoralisme et la gestion des forêts.

Quelques chiffres :

Ce schéma des sentiers recense au total 676 km dont :

484 km dans le cœur du parc (299 km dans les Hautes-Alpes, 185 km en Isère)

192 km en aire d’adhésion (165 km dans les Hautes-Alpes, 27 km en Isère)

463 km sont entretenus par le Parc national des Écrins,

68 km entretenus par les communes

145 km sont entretenus par l’Office national des Forêts sur les terrains domaniaux.

146 passerelles franchissent les torrents dont 97 sont gérées par le Parc.

Partenariats :

Le GR54 et ses variantes font le tour du massif des Écrins en passant dans le cœur du Parc, le GR50 lui fait le tour en aire d'adhésion. Les GR de pays offrent des boucles sur plusieurs jours.

La portion de la Via Alpina qui passe dans la vallée de Vallouise est entretenue et signalisée par le Parc.

Des collaborations éditoriales avec la FFRP et les CDRP ont permis l’édition des topos-guides de randonnées.

Les conseils départementaux des Hautes-Alpes et de l'Isère interviennent au titre du classement de ces itinéraires au PDIPR (Plan départemental des Itinéraires de promenades et de randonnée) et contribuent au soutien financier de cette offre de découverte touristique.

On notera que le schéma des sentiers du PNE est uniquement pédestre et ne concerne pas tous les sentiers du massif. C’est une sélection d’itinéraires entretenus et ouverts au grand public en été mais qui exclue les itinéraires d'alpinisme, les itinéraires VTT et les parcours d’hiver (raquettes et randonnées à skis).

La pratique équestre n'y est pas interdite.

* Plan départemental des Itinéraires de promenades et de randonnée (PDIPR). Il convient à chaque département d'établir le sien en application de l'article L-361-1 du Code de l'Environnement.
Ce plan permet aux conseils généraux de subventionner les gestionnaires des sentiers inscrits (dont ceux du Parc national) sur la base d'une taxe sur les permis de construire.

Le balisage et la signalisation

La signalétique est assurée par le Parc national sur l’ensemble du schéma de sentiers, ce qui représente environ 800 points de signalétique pédestre conforme à la Charte Signalétique des Parcs nationaux de France.

Point d'information au départ d'un sentier - photo Parc national des Ecrins

signalétique Parc national des Ecrins - photo Stéphane D'houwt - Parc national des Ecrins Elle se compose de :

  • La signalétique d’information sur sites : les « Points d'informations », au nombre de 43, sont composés de trois panneaux 75 x107 cm et sont situés aux « grands départs » des sentiers souvent près des parkings d’accès. Réglementation, situation, cartographie des sentiers et découverte des patrimoines y sont présentés.
  • La signalétique de réglementation : incluse dans les Points d'informations, elle est rappelée aux limites du coeur. Elle peut faire occasionnellement l’objet de rappels sur les itinéraires par des balises à pictogrammes.
  • La signalétique directionnelle : située à tous les départs, à toutes les intersections et à toutes les arrivées, elle permet au randonneur de ne pas se perdre. Elle est complétée par des pictogrammes d’information (refuge, gîte, patrimoine…) et des pictogrammes d’interdiction.
  • La signalétique thématique : en accord avec la FFRP pour les GR et GRP et avec la GTA pour la Via Alpina, elle est intégrée dans la signalétique du PNE en accord avec la Charte de signalisation des Parcs nationaux de France.

 signalétique limite du coeur du Parc national des Ecrins - photo Stéphane D'houwt - Parc national des Ecrins

Signalétique - Parc national des Ecrins - pose d'un panneauLe balisage sauvage à la peinture est strictement interdit dans le cœur du Parc.

Un balisage à la peinture complémentaire à la signalétique peut être mis en place par les agents du Parc.

Entretien, travaux et savoir-faire

Pour le Parc, c’est un gros effort humain et financier.

En effet, les sentiers de montagne sont régulièrement dégradés par les intempéries, la fréquentation ou les troupeaux et doivent faire l’objet d’un entretien annuel qui commence par leur ouverture à chaque printemps : épierrage, purge des renvois d'eau, reprise des murets de soutènement et mise en place de la signalétique et des passerelles démontables.

pavage sentier -  photo Parc national des Ecrins

Des travaux d’ouvrages complémentaires sont réalisés ponctuellement afin de refaire les passerelles, les murs de soutènement, les ouvrages de gestion des eaux ou autres pavages.

Pour ce travail manuel très physique, une équipe d’environ 15 ouvriers saisonniers vient compléter les équipes d'agents de terrain. Certains de ces travaux, notamment d’une certaine importance, peuvent être sous-traités.

Épaulées par l’Atelier Technique des Espaces Naturels pour la formation, les équipes du Parc ont accumulé un savoir-faire reconnu sur les méthodes d’entretien et d’aménagement des sentiers.

Réversibilité des aménagements et respect des savoir-faire patrimoniaux sont les maîtres mots de ces techniques.

Sentier des crevasse - Briançonnais -  photo Stéphane D'houwt - Parc national des Ecrins En 2013, ce sont plus de 1500 journées de travail qui ont été mobilisés pour cette mission pour un budget de 190 000 € (y compris gros chantiers).

Ces travaux sont subventionnés par les départements des Hautes-Alpes et de l'Isère (dans le cadre du PDIPR) ainsi que par le Conseil régional PACA.

Voir la fiche technique et le cahier thématique "Sentiers"

En 2014, une application informatique de gestion Géotrek permet de géolocaliser, de cartographier et de restituer l'ensemble des interventions et des chantiers sur les sentiers. Il permet aussi d'inventorier tous les ouvrages (ponts, passerelles et aménagements) ainsi que les modules de signalétique.

Ce volet vient compléter l'application Web grand public RandoEcrins permettant la découverte des itinéraires au plus grand nombre.

Fréquentation : comptages et suivis

Depuis 2006, 14 points de comptages pédestres d’accès au cœur (EcoCompteurs) ont été installés et sont relevés régulièrement.

Ce dispositif est complété par 17 compteurs routiers gérés par le Conseil général des Hautes-Alpes.

Ces données permettent d'établir un suivi annuel et sont compilés dans une enquête de fréquentation quinquennale. A ce titre indicatif, sur le site du Pré de Mme Carle (commune de Pelvoux), site le plus fréquenté du parc, on compte en 2013 plus de 49 000 visiteurs dans le période de référence du 15 juin au 15 septembre.

Voir les résultats des différentes enquêtes de fréquentation

Passerelle  - photo Stéphane D'houwt - Parc national des Ecrins

A lire

Au centre de documentation du Parc national des Ecrins :

  • Shéma directeur des sentiers de découverte du Parc national des Ecrins, 1998
  • Restauration des sentiers, manuel pédagogique et technique, Parco naturale delle Alpi Marittime, Parc national du Mercantour, Parc national des Ecrins

Pour télécharger les documents techniques et thématiques "Sentiers et signalétique" dans la médiathèque