Circulation motorisée

-A A +A

La circulation motorisée et le stationnement des véhicules à moteur sont interdits dans le coeur du parc national, sauf autorisation du directeur.

Moto en milieu naturel - pratique prohibée - © Marc Corail - PNE La loi n° 91-2 du 3 janvier 1991 qui régit la circulation des véhicules motorisés dans les espaces naturels a été codifiée aux articles L.362-1 à L.362-8 du code de l’environnement. Elle pose comme principe général l’interdiction de circulation des véhicules motorisés en dehors des voies ouvertes à la circulation.

picto véhicule picto moto

Dans le coeur du Parc national, la circulation motorisée et le stationnement des véhicules à moteur sont interdits sauf autorisation du Directeur (article 15-I-1° du décret n°2009-448 du 21 avril 2009 de création du Parc national des Écrins). Cette interdiction concerne également les routes, pistes forestières et pastorales.

Exceptions :

La circulation motorisée est autorisée sur :

  • la route de l’Envers, à La Grave (Hautes-Alpes)
  • la route de Confolens, au Périer jusqu’au parking du Belvédère (Isère).

Sur la piste du Rabioux, elle peut être autorisée jusqu’à la plate-forme de retournement des Charbonnières.

L’accès des véhicules est maintenu jusqu’aux parcs de stationnement aménagés à proximité :

  • du hameau de Confolens-le-Bas (commune du Périer, département de l’Isère).
  • du refuge du Gioberney et du lieu-dit Fouronnière (commune de La Chapelle-en-Valgaudemar, département des Hautes-Alpes),
  • du refuge du Pré de Madame Carle (commune de Pelvoux, département des Hautes-Alpes),
  • du lieu-dit Les Cascades (commune de Freissinières, département des Hautes-Alpes)Parking accès Dormillouse - Freissinières © JP Telmon - Parc national des Ecrins

Les raisons de l'interdiction de circulation motorisée

La circulation motorisée n'est pas sans conséquence sur le milieu :

  • érosion du sol : les zones fragiles (dunes côtières, zones arides et alpages, terrains pentus) sont vulnérables aux passages répétés de véhicules qui peuvent entraîner des départs d'érosion et favoriser le ruissellement, phénomènes qui seront par la suite difficiles à maîtriser ;
  • pollution de l'air : outre les gaz d’échappement et leurs nuisances olfactives, sur des espaces où le terrain est nu et sec, la poussière peut constituer une nuisance importante ;
  • nuisances sonores : le bruit des véhicules constitue une gêne majeure pour la faune mais aussipour les autres utilisateurs du milieu ;
  • atteintes écologiques : le passage de véhicules motorisés représente une nuisance importante pour les sols et la végétation, notamment pour les jeunes plants et ceux de petite taille ;
  • de part leur odorat fortement développé, nombre d'animaux sont également gênés par les émanations des véhicules.

Dérogations ponctuelles

- La circulation sur, ou en dehors, des voies de circulation, peut être autorisée au profit des propriétaires et gestionnaires de parcelles situées dans le cœur, ou qui ne sont accessibles que par une des voies de circulation susmentionnées, pour des travaux d’exploitation agricole ou forestière et pendant la seule durée des travaux.

- La circulation de véhicules effectuant du transport de matériel et de matériaux, à l’exclusion de tout transport de personnes sur, ou en dehors, des voies existantes mentionnées, peut être autorisée au profit des exploitants d’équipements d’accueil du public riverains d’une voie de circulation mentionnée au I pour l’approvisionnement de ces équipements ainsi qu’à celui des chercheurs et techniciens effectuant des travaux scientifiques dans le cœur du parc pour la durée de ces travaux.

- La circulation sur, ou en dehors, des voies existantes mentionnées plus avatn, des engins nécessaires à la réalisation de travaux peut être autorisée pour la durée de ceux-ci, dans les conditions fixées par l’autorisation de réaliser ces travaux et sous réserve de la remise complète des lieux en l’état.

- La circulation de véhicules motorisés pour le transport de personnes à mobilité réduite peut être autorisée sur des itinéraires de découverte du cœur du parc.

- En cas d’enneigement exceptionnellement faible dans les vallée, la circulation d’engins motorisés pour le damage des pistes de ski de fond pourra être autorisée sur, ou en dehors, des voies existantes mentionnées plus avant. Cette autorisation pourra être donnée par le directeur, dans les conditions cumulatives suivantes :

  1. Les pistes seront, sauf exception, situées sur l’emprise de voies de circulation existantes 
  2. La sécurisation des itinéraires par le déclenchement d’avalanches ne sera pas nécessaire.