Le conseil d'administration, instance de dialogue

-A A +A
A l'image des débats qui ont animé la séance concernant le pastoralisme et le loup, la création d'un groupe de travail associant des administrateurs, des techniciens et des représentants de la profession agricole aura pour mission d'anticiper des mesures pour limiter l'impact du loup.

Comme souvent, le loup et la question du pastoralisme confronté à la prédation ont fait l'objet de longs échanges au Conseil d'administration du Parc national ce matin. La vocation "pastorale" des Ecrins, inscrite dans sa charte, et le soutien aux éleveurs du territoire relève de l'unanimité.

Le souhait que "tous les moyens" soient mis en oeuvre pour accompagner l'élevage de montagne dans ces difficultés s'adresse en partie au gouvernement. Plusieurs élus ont demandé à la préfète des Hautes-Alpes, Cécile Bigot-Dekeyzer qui assistait aux échanges du conseil d'administration, de porter cette demande au plus haut niveau.

Conseil d'administration du Parc national des Ecrins - novembre 2019 - © Cl.Gondre - Parc national des Ecrins

Mis en oeuvre depuis 2014 pour répondre aux problématiques du massif, le plan "élevage et prédation" évolue et se renforce chaque année sans pouvoir répondre à l'ensemble des difficultés techniques et psychologiques des professionnels confronté à la prédation.

De la connaissance de l'espèce, partagées avec le plus grand nombre, aux constats d'attaque réalisés par les agents du Parc national, le retour du loup concerne l'ensemble du territoire du parc national avec dix meutes recensées.

"On estime qu'environ 400 000 euros sont dévolus à ce plan d'action dans le budget du Parc" confirme le directeur, Pierre Commenville, correspondant pour plus de 85 %  à du temps de travail des agents. Sans oublier la dizaine de cabanes d'appoint héliportées sur certains alpages, un canal radio mis à disposition, des aides techniques et financières pour la mise en oeuvre des moyens de protection, la sensibilisation concernant les chiens de protection...

Dialogue et pragmatisme

Conseil d'administration du Parc national des Ecrins - novembre 2019 - © Cl.Gondre - Parc national des Ecrins Conseil d'administration du Parc national des Ecrins - novembre 2019 - © Cl.Gondre - Parc national des Ecrins

Des tensions se sont manifestées cet été avec une succession d'attaques enregistrées notamment dans le Valgaudemar et le Champsaur au mois d'août. La nécessité d'un dialogue accru a été mis en exergue et il a commencé au sein même du conseil d'administration. Son président, Bernard Héritier, souhaite que les débats puissent avoir lieu  mais le sujet n'était pas épuisé quand il a demandé de pouvoir poursuivre les questions à l'ordre du jour.
Conseil d'administration du Parc national des Ecrins - novembre 2019 - © Cl.Gondre - Parc national des Ecrins De fait, fidèles à leurs habitudes de recherche d'un consensus, les administrateurs se sont exprimés, avec leurs différentes sensibilités, pour aboutir à la création d'un groupe de travail spécifique sur ce sujet. Des représentants des professionnels de l’élevage, des élus, des techniciens agricoles, des membres du Conseil d'administration et des agents du Parc national auront pour mission de rechercher, au plus près du terrain et des contextes locaux, des moyens de protection pour réduire l’impact des attaques. Que ce soit dans le cœur du Parc national, dans le respect des règles et donc de l'interdiction des tirs, et hors du cœur du Parc national où des tirs de loup sont mis en oeuvre, sans pour autant stopper les attaques.

Conseil d'administration du Parc national des Ecrins - novembre 2019 - © Cl.Gondre - Parc national des Ecrins Trés favorable à la création de ce groupe de travail, la préfète des Hautes-Alpes a recommandé à ses membres de faire preuve de "pragmatisme" et "d'anticipation". Car, s'il n'y a "pas de solution miracle, il y a des solutions multiples".

Dès qu'il sera constitué, avec mission confiée au directeur et au président d'y inviter des représentations équilibrées et constructives, une première réunion sera organisée d'ici la mi-décembre. Il s'agit, d'ores et déjà, de préparer la prochaine saison d'estive.

Conseil d'administration du Parc national des Ecrins - novembre 2019 - © Cl.Gondre - Parc national des Ecrins Un buget sans perte d'emploi pour 2020

Les débats parlementaires en cours sur les budgets des parcs nationaux ont permis une adoption du budget prévisionnel du Parc national qui préserve les emplois pour 2020. Un amendement porté par Joël Giraud, député des Hautes-Alpes, doit permettre d'abonder les moyens accordés pour la création du 11ème parc national, consacré aux forêts, sans amputer les emplois de certains de ses aînés... dont ceux des Ecrins.

Ainsi, l'unanimité était réunie pour le vote du budget stabilisé autour de 8 millions d'euros et avec des moyens d'actions toujours fortement liés aux programmes co-financés, notamment européens.

Concernant le pastoralisme et de la prédation, tout comme sur les moyens humains et financiers attribués à l'établissement, les administrateurs du parc national défendent ses nombreuses actions et souhaiteraient qu'elles soient plus lisibles... pour être mieux reconnues. C'est l'une des "prescriptions" soulignées dans le rapport d'évaluation intermédiaire de la charte dont la présentation a été reportée à la prochaine session... Le temps nécessaire à ce point ayant été absorbé par le long temps de dialogue, toujours nécessaire, autour du loup.