La montagne s'est faite désirer...

-A A +A
... lors du Grand Parcours Ecrins-Pelvoux 2013. Le rendez-vous a fait le plein avec quelque 70 cordées, les 8 et  9 juin. Une nouvelle formule en altitude qui saluait les 40 ans du Parc national des Écrins et que le mauvais temps n'a pas réussi à affaiblir.

Du 7 au 9 juin 2013, le Comité des Clubs Alpins et de montagne des Hautes-Alpes était en pleine activité et ce, depuis un bon gros mois pour les préparatifs de ce rendez-vous aussi exigeant que prisé. Ce 7 juin au soir, faisant suite à de nombreuses reconnaissances de terrain, le CAF 05, le bureau des Guides de Vallouise, la Communauté de communes du pays des Ecrins et Montagnes de la Terre sont en effervescence : le Grand Parcours 2013 a fait le plein d'inscriptions et cette année les choses se passent en altitude !

C'était particulièrement le souhait des organisateurs qui voulaient renouer avec les espaces d'altitude pour ces deux jours d'initiation à l'alpinisme et de découverte du massif des Ecrins.
Cette évolution voulait aussi saluer à sa manière les 40 ans du Parc national des Ecrins, partenaire de la première heure de ces invitations lancées pour découvrir l'alpinisme.
C'est le huitième événement du genre et il bénéficie des aides financières du Conseil général des Hautes-Alpes, de la Région PACA ainsi que du Parc national des Ecrins dans le cadre de l'appel à projets qu'il avait lancé pour fêter dignement avec ses partenaires ces 40 années d'existence.

2013-06-gd-parcours-01

Samedi 8 au matin, le Pré de Madame Carle encore dans son ambiance d'entre deux saisons, de mélèzes en duvet d'aiguilles naissantes, bruit des préparatifs de quelque 70  cordées en partance pour le refuge du glacier Blanc puis celui des Ecrins pour les plus ambitieux, venus parfois de loin pour voir les Ecrins et faire un sommet à proximité.

2013-06-gd-parcours-022013-06-gd-parcours-03

Au glacier Blanc, il y a de l'ambiance avec la rencontre des nouveaux gardiens, des exercices et des ateliers en tous genres se mettent en place très rapidement car la météo n'est pas des plus encourageante.
Tous sont à l'écoute des conseils pédagogiques des guides et du discours de Dominique Stumper qui met l'accent sur l'équilibre nécessaire entre la passion et la sécurité dans les sports de montagne.

2013-06-gd-parcours-05
Jean-Pierre Nicollet, du Parc national des Ecrins, est venu animer un échange autour de la convention escalade en particulier mais aussi parler des sports de nature en général et dire surtout que le Parc est heureux de voir qu'autant de pratiquants aiment et font de la montagne. Une façon d'affirmer aussi clairement que le parc sera toujours le partenaire des adeptes des sports de nature.

2013-06-gd-parcours-V22013-06-gd-parcours-V1

2013-06-gd-parcours-V3Deux heures plus tard c'est la grisaille, le brouillard, les flocons et le vent.

Il est plus que temps de rejoindre le refuge des Ecrins. Chacun s'équipe. On commence sans raquettes mais le passage sur le glacier imposera bientôt de chausser ces grandes chausses de pointes et de plastique.

Partout les pieds de parois ajoutent à la frustration de ne pas voir les sommets mais il en faut plus pour faire perdre le moral à une vingtaine de cordées bien décidées à atteindre le refuge et les destinations du lendemain.

Le repas du soir, les interventions de la gardienne et de son équipe, elles aussi nouvelles, puis la très instructive intervention du secours en montagne réchauffent le refuge et rendent plus admirable encore la prestation des gardiens et aides-gardiens qui feront manger plus de 60 personnes sans avoir de prise d'eau installée...

On imagine les difficultés et la soupe servie dans des assiettes recyclables, en maïs, témoigne de l'attention de ces gardiens pour les personnes et pour le site.

Le lendemain matin à 4h, on se lève plein d'espoir. Hélas bien vite il faut se rendre à l'évidence, il sera difficile de faire grand-chose. Les plus acharnés parlent de GPS pour atteindre un point haut une destination aussi modeste soit-il.

 

2013-06-gd-parcours-07

On va même jusqu'à improviser un sympathique échange autour du Parc national, ses actualités, ses missions, ses perspectives avec Claude Dautrey monté tout exprès pour discuter "culture montagne" avec les participants.

Chacun attendra une éclaircie pour partir vers une destination modeste mais atteignable... en vain !
Le petit miracle n'aura pas lieu et c'est dans une ambiance de neige et de blizzards que les cordées peu à peu redescendent se promettant de revenir pour faire le Dôme l'an prochain.

Dans la prison du mauvais temps, personne à aucun moment n'a fait part de regrets, n'a pesté contre ce coup du sort. Beaucoup d'entraide et de patience... Tous les professionnels de la montagne ont assuré avec une attention touchante auprès des moins aguerris.

Rolland Marie, Jean-Louis Flandin et tous leurs amis peuvent être satisfaits : le soleil n'était pas au rendez-vous mais l'esprit montagne l'était bien, sous l'impulsion de tels passionnés.