Quand les alpinistes s'intéressent à la botanique

-A A +A
Une belle collaboration avec l'alpiniste Lionel Daudet et la préparation d'un reportage télévisé pour « Des racines et des ailes » ont notamment marqué les pérégrinations estivales de la cordée scientifique du programme « Ecologie verticale ». L'étude des plantes d'altitude fait des émules...

Malgré une météo capricieuse rendant la haute montagne sinon hasardeuse du moins délicate, plantes et alpinistes se sont de nouveau retrouvés dans le programme écologie verticale avec cette année, une belle collaboration avec Lionel Daudet, alpiniste et explorateur, et son fidèle compagnon de cordée, Mathieu Cortial, guide à Chamonix.

Tous deux ont non seulement escaladé de belles voies de très haut niveau dans les faces sud du massif, mais ont également pris un grand nombre de photos dans les parois, permettant d'avoir des données insolites sur les espèces présentes.

  14-08-eco-vert-dod
Voir aussi la page facebook du projet "Le soleil des Ecrins"

C'est ainsi que sur les 5 voies parcourues, 20 espèces de plantes ont pu être identifiées, dont la magnifique renoncule des glaciers, l'éritriche nain, le génépi bourru, la silène acaule...
Un beau résultat dans des voies nécessitant non seulement l'ensemble de ses doigts, mais également des bras bien affûtés !

dod-cortial

Les conditions climatiques de l'été (Les Ecrins étaient là mais pas vraiment le soleil...) n'ont pas permis à la cordée d'aller au bout de son projet mais ce n'est que partie remise !

Une trentaine d'espèces répertoriées

L'intérêt pour la botanique "alpinistique" suit son petit bonhomme de chemin et imprègne aussi d'autres amoureux de la haute montagne : Noëmie Dagan et Aurélien Meignan, gardiens (et cordons bleus !) du refuge Adèle Planchard, ont ainsi noté la présence d'une dizaine d'espèces dans la face sud-est de Roche Méane.

14-08-eco-verticale

14-08-eco-vert-cordee-vC'est également à la Grande Ruine que la cordée "canal historique" du programme "Ecologie verticale" a réalisé de nouveaux échantillonnages. Cédric Dentant, du Parc national des Écrins et Sébastien Lavergne, du Laboratoire d'écologie alpine (LECA) ont arpenté l'arête sud de la Pointe Brevoort et la face sud du petit Clocher de l'Alpe.

Plus tôt en saison, le même travail avait été conduit aux arêtes de la Bruyère (Cerces).Ainsi, la quasi-totalité des 8 espèces en coussin étudiées d'un point de vue génétique a pu être prélevée et, au total, c'est une trentaine d'espèces qui a été répertoriée sur ces sommets.

Si tout se passe bien, la dernière campagne de la saison sera menée aux arêtes du Lauvitel, à la mi-septembre.

Enfin, du côté du Mont Blanc cette fois, c'est dans le cadre d'une thèse de doctorat sur les évolutions de la végétation d'altitude (conduite par Brad Carlson, LECA et CREA) qu'une première phase exploratoire a été réalisée dans les faces sud de l'Aiguille du Midi et du Moine.

S'il reste encore à réaliser un gros travail de compilation de toutes ces données botaniques, elles seront, dès cet automne, finement analysées au LECA afin de poursuivre les recherches sur l'histoire évolutive de toutes ces plantes et de leur relation avec les hauts sommets des Écrins.

Conférence et tournage en altitude !

Au-delà de leurs travaux de recherche, ces scientifiques n'oublient de partager leurs découvertes et leur passion pour ces plantes des hauteurs.

14-08-eco-vert-conf-adele-pLa conférence animée par Cédric Dentant au refuge Adèle Planchard a rassemblé presque 50 personnes dans le cadre des animations des  "Jeudis des refuges " !

Parallèlement, des images des alpinistes-botanistes engagés dans le programme « Ecologie verticale » ont été réalisées par une équipe de tournage de l'émission « Des Racines et des Ailes » diffusée sur France 3.
Un documentaire de 110 min intitulé " La France des grands espaces" est en cours de préparation...
Il permettra de découvrir le patrimoine naturel de la France en suivant des scientifiques, des universitaires ou des photographes dont le travail consiste à étudier ou à protéger ce patrimoine.

14-08-eco-vert-tournage114-08-eco-vert-cretes

Deux séquences de tournage ont eu lieu dans les Écrins, du côté des Cerces puis à la Grande Ruine. Accompagnée par des guides, l'équipe de tournage réunie par Emmanuel Roblin, le réalisateur, a suivi la cordée jusque sur les arêtes avec tout leur matériel, monté et descendu à dos d'homme. Une vraie expédition !

Pendant les trois jours passés à Adèle Planchard, ils ont engrangé des images sur la vie du refuge, des ambiances et des interviews avec les guides et des alpinistes présents, bénéficiant de très bonnes conditions de lumière pour ce tournage.
Au final, le reportage devrait constituer une quinzaine de minutes du documentaire dont la diffusion pourrait avoir lieu en fin d'année. On vous tient au courant !

Pour en savoir plus, voir aussi :

Le journal de bord de Noëmie et Aurélien (refuge Adèle Planchard)

altDod, au soleil des Écrins... et en mission scientifique ! Juillet 2014
En enchaînant l'ascension d'une douzaine de faces sud de haut niveau, Lionel Daudet et son compagnon de cordée, Mathieu Cortial, en "profitent" pour contribuer à la connaissance des espèces végétales d'altitude en lien avec le Parc national des Écrins.

 

alt

 La recherche aux sommets août 2010
Savez-vous qu'il y a des fleurs sur les plus hauts sommets des Ecrins ? C'est en quête de compréhension de l'histoire de ces plantes particulièrement courageuses et obstinées, qu'un travail de recherche est mené entre le Parc et le Laboratoire d'écologie alpine.

 

altBotanique et génétique en cordée - août 2011

Botanistes et chercheurs continuent de s'accrocher aux parois des Écrins pour mieux comprendre comment certaines espèces ont affronté les glaciations. Cette année, c'est en Oisans, dans le cirque du Soreiller qu'ils ont traqué les plantes en coussins.

altLa plante la plus haute de France !
A 4070 mètres d'altitude, sur le pilier sud des Écrins, la saxifrage à feuilles opposées tient le record d'altitude des plantes du massif... et des alpes françaises. Une observation fort symbolique à l'actif du programme « écologie verticale » réalisé dans le Parc national des Écrins et qui vient de faire l'objet d'une publication.