Rencontres Geotrek, le numérique au service de la valorisation des territoires

-A A +A
Le 19 octobre 2017, pour la deuxième année consécutive, les Rencontres Geotrek ont réuni les utilisateurs de cette application open source dédiée à la gestion de l'offre de randonnée. Une journée riche d'échanges pour faire le point sur les nouvelles fonctionnalités, rendre compte de l'activité de la communauté et identifier les projets de développement de l'outil.

Les Rencontres organisées par le Parc national des Ecrins ont réuni 78 personnes partenaires institutionnels (AFB, IGN, FFRP...), entreprises du numérique et des utilisateurs venus d'Ile-de-France, de l'ouest, des Pyrénées ou encore des Alpes. Il s'agissait de poursuivre la collaboration collective formalisée depuis 2016 avec la création d'un comité de pilotage, de groupes de travail et des Rencontres annuelles.

Parmi les temps forts, des interventions d'experts venus sensibiliser la communauté Geotrek aux enjeux de l'open data, des présentations des développements en cours (zones de sensibilité patrimoniale par la LPO, veille des itinéraires par le Parc naturel régional des Grands Causses, itinérance et réservation en ligne par le Parc national des Ecrins...), sans oublier des présentations d'initiatives de recherches et développements (Intelligence artificielle dans le Parc naturel régional du Vercors, vue 360° dans le Parc national du Mercantour et le département des Alpes de Haute-Provence, etc.). 

Une participation renforcée

Représentants de Parcs nationaux, Parcs naturels régionaux, Départements, et Syndicats mixtes illustraient la diversité des structures qui disposent de Geotrek. D'autres structures qui souhaitent devenir utilisatrices étaient présentes également ainsi que des partenaires institutionnels sensibles à l'outil, comme l'IGN, la FFRP, la LPO et des représentants de l'Agence Française de la Biodiversité (AFB). Des entreprises du numérique (Outdoor active, Xsalto...), des particuliers ou des représentants associatifs impliqués dans "le libre" ont également participé aux travaux. La mise en place d'une retransmission en direct via Twitter Live aura également permis à ceux qui ne pouvaient pas être sur place de suivre les présentations et les échanges.

Participants aux rencontres Geotrek 2017

La communauté des utilisateurs

Fin 2017 près de 50 structures sont impliquées : Parcs nationaux et régionaux, Départements, Communautés de Communes, Syndicats mixtes, etc. Depuis 2016, un comité de pilotage est constitué pour veiller à l’avenir de l’outil, suivre les nouveaux développements et partager la gouvernance de l’application entre utilisateurs. Les ressources techniques sont à disposition de la communauté sur http://geotrek.fr/ressources.html.

Geotrek, c'est quoi ?

Issue d'un projet né dans les Alpes entre Écrins et Mercantour, l'application open source* Geotrek est devenue petit à petit une référence nationale en matière de gestion et de valorisation de l'offre de randonnées. A l'origine, en 2012, le Parc national des Ecrins a conçu cette application numérique open source pour gérer ses sentiers et valoriser l'offre de randonnées et les patrimoines de son territoire (avec les Parcs nationaux du Mercantour et Alpi Marittime). Geotrek, permet de gérer les tracés, les travaux, la signalétique et de valoriser les itinéraires à travers un portail web et une application mobile. C'est par exemple le cas pour Vercors Rando, Rando 04, Rando Grands Causses, Destination Cévennes, Grand Tour des EcrinsRando Marittime Mercantour, Rando 44, Rando Ecrins, etc.

* Un logiciel Open Source est un programme informatique dont le code source est distribué sous une licence permettant à quiconque de lire, modifier ou redistribuer ce logiciel (source : https://www.1min30.com/dictionnaire-du-web/open-source-logiciel).

Quand le numérique favorise la mise en valeur des territoires

Communauté des utilisateurs de Geotrek (2017) Depuis quelques années, les Parcs nationaux des Écrins et du Mercantour ont su utiliser l'application pour gérer leurs schémas de sentiers et structurer une offre de randonnée découverte à la journée de qualité. Les patrimoines culturels et naturels ont pu être portés à la connaissance des visiteurs pratiquant la randonnée. Progressivement, les hébergements ou les sorties accompagnées ont aussi pu être valorisés pour accentuer le soutien à l'activité économique durable. Ils ont ainsi développé une offre de tourisme durable qualitative, rendue accessible à un grand nombre sur le web.

Forts de ces exemples, les nombreux utilisateurs de Geotrek ont aussi apporté des nouvelles offres aux publics. Un cercle vertueux qui réinvente quelque peu le modèle de développement durable porté par les Parcs nationaux, régionaux et certains départements en rendant visibles des offres autrefois confidentielles autour de destinations dont la visibilité s'est renforcée. L'arrivée plus récente de l'itinérance dans Geotrek donne maintenant la possibilité de proposer des séjours réservables en ligne, avec des effets positifs directs pour l’environnement car cette pratique incite aux déplacements doux avec un usage limité de la voiture.

Geotrek, l'Open Data et OpenStreetMap

Jean-Christophe Becquet, expert des logiciels libres (Apitux, Digne-les-Bains), a proposé une présentation théorique et simple pour sensibiliser le public aux enjeux de l'open data. L'occasion de passer en revue les grandes notions de droits d'auteur, la protection des bases de données, ou encore les licences de publications libres. Le mouvement de l'open data, à l'origine initié par des particuliers en mode collaboratif (ex : la cartographie collaborative OpenStreetMap) est dorénavant généralisé par l'obligation faite aux acteurs publiques de publier une partie de leurs données sous Licences libres. Une obligation par "défaut" depuis 2016 (Loi Lemaire) avec pour objectif de favoriser la réutilisation et la valorisation des données des acteurs publics.

Au-delà de l'aspect légal, il s'agit d'une intervention pour convaincre de l'opportunité que représente l'ouverture des données au plus grand nombre. Le cas de Geotrek étant particulièrement exemplaire, la libération des données permet de renforcer la visibilité, de donner une image positive en terme de dynamique et d'éthique, et elle participe au développement de services et d'activités économiques sur des territoires favorables au tourisme de découverte par la randonnée.

Amandine Sahl, responsable du Système d'informations au Parc national des Cévennes, s'est attachée à présenter la cartographie collaborative OpenStreetMap (OSM) qui se déploie au niveau mondial depuis 2004. Il s'agissait également de proposer un débat sur l'opportunité que pourrait représenter une participation des utilisateurs de Geotrek à OSM. En effet, OSM, utilisé dans différents pays sur plusieurs continents, permet de donner une visibilité aux données qui y sont insérées (sentiers, services d'accueil, POI patrimoines, forêts, etc.) et de profiter du travail d’une communauté de contributeurs amateurs éclairés qui versent quotidiennement du contenu pour améliorer la précision de cette cartographie collaborative. Faire en sorte que Geotrek utilise directement les données d’OSM est une des propositions retenues lors des rencontres pour alimenter les pistes d'innovation du modèle de la base de données. Un nouveau groupe de travail sera chargé de jouer le rôle de défricheur sur ce sujet pour le compte de la communauté.

Une source d'innovation continue

Depuis 2016, des groupes de travail ont permis de faire émerger des évolutions de l'application sur la base de projets de territoires. Une des nouveautés réside dans le fait de pouvoir gérer des zones de sensibilités patrimoniales et de pouvoir inciter les randonneurs et pratiquants d'activités de pleine nature avec le projet Biodiv'sports co-porté par la LPO 38 et les PNR d'AURA, en particulier le Haut-Jura. Il s'agira de pouvoir gérer des zones pour des espèces sensibles au dérangement dues à certaines activités humaines (aigles, tétras, etc.) et d'informer les pratiquants en leur diffusant un contenu pédagogique. L'amélioration de l'ergonomie du portail est également en vue sous la houlette des 3 parcs nationaux alpins.

Rando Haut-Jura

Autre évolution, la possibilité de pouvoir intégrer la réservation de tours itinérants en couplant la puissance de Geotrek pour les itinéraires à des services de réservation en ligne proposés par des offices de Tourisme, ADT et des filières (FFCAM, Gîtes...) via des éditeurs privés (Alliance Réseaux). Cette innovation est pilotée par le Parc national des Ecrins dans le cadre du programme "Grand Tour des Ecrins". 

L'interfaçage entre Suricate, outil de veille des itinéraires, avec Geotrek est un autre projet à l'étude et qui devrait voir le jour du côté du Luberon en 2018. La gestion des activités de pleine nature comme l'escalade, le vol libre ou encore les activités d'eaux vives devrait prendre corps à l'horizon 2020 dans le cadre d'un programme Alcotra dont le chef de file est la Région PACA avec l'appui du Parc national des Ecrins et la participation de départements et régions transalpines.

De la recherche-développement 

Des tests grandeur nature portés par des utilisateurs permettent également de prospecter sur l'utilisation de nouvelles technologies numériques. C'est le cas du PNR du Vercors qui teste l'intégration d'un moteur de recherche basé sur l’intelligence artificielle afin d'améliorer la réponse des requêtes formulées par les internautes. Depuis 2016, le Département 04 et le Mercantour ont réalisé des prises de vue 360°, dans l'optique d'améliorer le contenu visuel proposé aux internautes utilisant leur portail Geotrek. Enfin, le Parc national des Ecrins teste une solution innovante et open source de réalisation d'images 360° à partir d'un partenariat avec une association bretonne : Open Path View. Les résultats sont attendus pour la fin 2017.

Rencontres Geotrek 2017

Les Rencontres 2018 sont déjà à l'horizon et les partenaires intéressés par Geotrek et les travaux de sa communauté sont appelés à rejoindre l'aventure !

Retrouvez, prochainement, l'ensemble des présentations ainsi que la synthèse des échanges sur le site http://geotrek.fr.

Financements : 

> La location de la salle a été offerte par Montpellier Méditerranéenne Métropole
> Les repas sont financés par l'Agence Française pour la Biodiversité.
> Le café et les collations sont offertes par le Parc national des Ecrins
> GEOTREK a bénéficié et bénéficie du concours financier de l’Union Européenne. L’Europe s’engage sur le Massif Alpin avec le Fonds Européen de Développement Régional ». Il bénéficie également du soutien de la Région PACA et de l’État à travers le Fond National d'Aménagement et de Développement du Territoire (FNADT).
> Les développements de Geotrek ont été réalisés par la société Makina Corpus dans le cadre d'appels d'offres.