Bourdons d'altitude : de nouvelles richesses... à découvrir !

-A A +A
Un nouveau pan de la biodiversité des Écrins dévoilé à l'occasion d'un séminaire international sur les bourdons alpins en Oisans. Parmi les découvertes des spécialistes, on relève l'observation du bourdon alpin, rare et menacé à l'échelle mondiale et européenne.

Prospection col de Sarenne - séminaire Bourdons alpins -juillet 2018 - ©  Manon Whittaker -Parc national des Écrins Qui cherche et connaît... trouve ! En rassemblant pendant trois jours une vingtaine d'experts des bourdons en Oisans, nul doute que la connaissance sur ces espèces a fait un grand pas dans les Écrins.
Du 29 au 31 juillet, le Parc national accueillait au Bourg d'Oisans les deuxièmes rencontres internationales sur les bourdons alpins (Alpine Bombus International Meeting). La première édition avait eu lieu l'an dernier en Italie.

La rencontre, initiée par Paolo Biella (Biology Centerde Ceske Budejovice) et Matthieu Aubert (Observatoire des Abeilles) a réuni pendant 3 jours une vingtaine de chercheurs, taxonomistes et scientifiques, d'une dizaine de nationalités différentes : Italie, Autriche, Angleterre, Népal, Hollande, Suisse, France, Macédoine, République tchèque, Allemagne...

séminaire Bourdons alpins - juillet 2018 © D.Combrisson - Parc national des Écrins

48 espèces de "bombus" en France

Prospection col de Sarenne - séminaire Bourdons alpins -juillet 2018 - ©  Manon Whittaker -Parc national des Écrins Dans l'ordre des hyménoptères, et plus précisement dans la famille des apidés qui regroupe plus de 280 espèces en France, les bourdons du genre "bombus" sont représentés par 48 espèces en France ! Une belle diversité d'espèces présentant des colorations variables de leur abdomen et des caractéristiques écologiques également bien marquées.

"Il s'agit d'un groupe d'espèce cryptique qui reste actuellement très méconnu au sein du parc national des Ecrins" résume Damien Combrisson, chargé de mission "invertébrés" au service scientifique du Parc national.

A peine 46 observations de bourdons sont actuellement répertoriées dans la base de données faune-flore du Parc national (voir la liste sur biodiv'Ecrins), qui représentent tout de même 17 espèces différentes ! Dans les faits, plus de 80% de ces observations ont été réalisées dans la réserve intégrale du Lauvitel, par des entomologues pointus, et dans le cadre de l'inventaire généralisé sur la biodiversité (ATBI) qui est conduit depuis plusieurs années sur cet espace particulier.

Les rendez-vous d'Ecrins de nature permettent souvent, en fonction des spécialistes présents, d'inventorier des espèces sur des groupes taxonomiques méconnus... en particulier pour les insectes et autres invertébrés. "Ce meeting international était une opportunité unique pour appréhender la diversité des bourdons présents sur le territoire des Ecrins".

Le bourdon des Alpes à Mont-de-Lans

Le programme de ces trois journées, particuliérement dense et riche en échanges, a débuté par des présentations scientifiques.

séminaire Bourdons alpins - juillet 2018 © D.Combrisson - Parc national des Écrins séminaire Bourdons alpins - juillet 2018 © D.Combrisson - Parc national des Écrins

Outre les études conduites par les universités de Turin en Italie, de Saint-Cyrille-de-Méthode de Skopje en Macédoine, de Würzburg en Allemagne ou encore de Vienne en Autriche, les participants ont pu bénéficier des restitutions du centre suisse de cartographie de la faune, de l'observatoire des abeilles pour la France, celle du muséum d'Histoire naturelle de Londres et du Naturalis Biodiversity Center aux Pays-bas.

Le lundi 30 Juillet, la commune de Mont-de-Lans accueillait la première journée d'inventaire sur le terrain, facilitée par la mise à disposition de forfaits. Un inventaire des bourdons sur un gradiant altitudinal compris entre 1 700 à 3 150 mètres a ainsi été réalisé sur la station des Deux-Alpes. L'un des moments forts de cette journée a été marqué par la découverte du bourdon alpin, Bombus alpinus (Linnaeus, 1758) à proximité du glacier de Mont-de-Lans, espèce particulièrement rare et menacée à l'échelle mondiale et européenne (classé en vulnérable par l'UICN),

séminaire Bourdons alpins - juillet 2018 © D.Combrisson - Parc national des Écrins

Second temps fort pour les entomologistes : l'observation de l'écaille du Cervin, Chelis cervini (Fallou, 1864), découvert par les membres de l'association Flavia  Ce papillon emblématique des hauts sommets a été précédemnet découvert sur ce site en 2006 , il n'est connu actuellement que de 4 régions de l'arc alpin et sa répartition française actuelle n'est connue que du massif des Ecrins.

Les bourdons, pollinisateurs en altitude

séminaire Bourdons alpins - juillet 2018 © D.Combrisson - Parc national des Écrins Les inventaires de terrain se sont poursuivi le lendemain sur le plateau d'Emparis du côté de La Grave et au col de Sarenne à Clavans-en-Haut. De nombreuses espèces ont pu être découvertes également. La liste des observations ne sera publiée qu'ultérieurement car la détermination précise des espèces et autres sous-espèces nécessite une observation minutieuse sur une loupe binoculaire.

Le début d'un état des lieux de la connaissance qui devra être être complété.

Détermination binoculaire -  séminaire Bourdons alpins - juillet 2018 © D.Combrisson - Parc national des Écrins Détermination binoculaire -  séminaire Bourdons alpins - juillet 2018 © D.Combrisson - Parc national des Écrins

"Si on reconnait actuellement le rôle essentiel des abeilles pour la pollinisation de nombreuses espèces végétales, celui des bourdons est tout aussi important" souligne Damien Combrisson. "En effet, les bourdons assurent la pollinisation des fleurs présentes à très haute altitude, là où l'abeille domestique par exemple, n'est pas présente".

Dans un contexte de changement climatique, il donc est important de poursuivre le développement des connaissances sur les bourdons afin de mieux appréhender l'originalité du massif quant à la présence de ces espèces. "Cet état des lieux est un préalable indispensable pour la prise en compte de la conservation des bourdons".

Lire aussi le dossier Dans la multitude des petites bêtes (2016)

Sur la planète comme dans les Écrins, les invertébrés représentent sans doute plus de 80% de la faune connue... et sont pourtant très mal connus. Dans cette immense diversité, très utile pour les écosystèmes, le Parc national repère quelques espèces "à enjeux" sur lesquelles il tente d'en savoir plus, notamment grâce à l'amélioration des connaissances des agents concernant ces quelques espèces en priorité.