Résidences d'artistes en cours dans les refuges !

-A A +A
Huit artistes sont en résidence dans plusieurs refuges du massif, invité par l'association "L'envers des pentes" et avec le soutien du Parc national.

l'envers des pentes - 2018 L’association l’envers des pentes a été créée en 2018 dans le but de concevoir et produire des projets artistiques, culturels et pluridisciplinaires inscrits dans les territoires de montagne. Ainsi, elle met en place un programme de Résidences d’Artistes en Refuges, mettant à disposition des artistes/chercheurs invités des moyens humains, techniques et financiers, afin de pouvoir mener à bien leur projet de recherche et de création in situ.

L'association souhaite ensuite valoriser et diffuser les résultats de ces résidences auprès des habitants du territoire par le biais d’éditions, d’expositions, de rencontres, ou encore d’ateliers.

Site internet de L'envers des pentes

page Facebook

 Cette année, l’association permet à 8 artistes de s’installer une semaine en refuge, de s’immerger dans la réalité concrète et physique des refuges et de leurs territoires spécifiques, et de proposer une rencontre avec ses paysages et ses acteurs.

Bertrand Planes au refuge de l'Alpe de Villar d'Arène - photo Sabine Kaintz En juin :

● BERTRAND PLANES
du 10 au 17 juin au Refuge de l’Alpe de Villar d’Arêne
● DELPHINE WIBAUX
du 16 au 23 juin au Refuge de Vallonpierre
● CHLOÉ SERRE
du 17 au 24 juin au Refuge de Chabournéou
● ESTELLE CHRÉTIEN
du 22 au 29 juin au Refuge de l’Alpe de Villar d’Arêne

Delphine Wi Baux à Vallompierre - photo l'Envers des pentes juin 2019 Fin août et début septembre :

● PÂLE MÂLE
du 22 au 29 août au Refuge de Temple-Ecrins
● HÉLÈNE BELLENGER
du 23 au 30 août au Refuge de la Selle
● DORIAN DEGOUTTE
du 24 au 31 août au Refuge du Soreiller
● GARANCE MAURER
du 25 août au 1er septembre au Refuge de La Lavey

RECHERCHE, EXPÉRIMENTATION, CRÉATION EN TERRITOIRE DE MONTAGNE

Refuge Vallompierre - L'envers des pentes 2019 - rencontre école "Ces résidences concernent des artistes professionnels inscrits dans une démarche contemporaine, désireux de vivre cette expérience et développer un projet situé, afin d’ancrer leur recherche et leur création dans ce territoire" explique Marion Wintrebert qui coordonne le projet au sein de l'association "L'envers des pentes".

"Les artistes questionnent les multiples aspects de ce territoire : le paysage, l’humain, le politique, l’aménagement, l’animal, le végétal, le rapport de l’homme au paysage, les refuges eux-mêmes, leurs gardiens ou bien d’autres choses encore... afin d’en proposer une lecture singulière".

Pourquoi le refuge ?

Rarement tout en bas, jamais tout en haut, souvent à mi-parcours perché sur un rocher ou posé au creux d’un vallon, le refuge permet de scinder en deux la distance entre la vallée (l’urbain) et le sommet, d’éviter une longue marche d’approche avant la course prévue, ou de faire étape. C’est avant tout un abri, un lieu de repli face aux éléments.
En plus d’être situé dans un environnement particulier, le refuge est un haut lieu de proximité, d’échanges et de relations humaines, propice à des réflexions esthétiques, politiques, écologiques et sociétales. Ainsi, son potentiel à devenir un lieu de recherches et d’expérimentations artistiques paraît manifeste.

Les artistes vont profiter de cette base comme d’un observatoire sur ce territoire afin de développer un projet de recherche, mais également d’être présent, de regarder et amener à regarder différemment, de partager leurs recherches, leurs questionnements et leurs tentatives avec l’équipe du refuge et les habitants d’une nuit (alpinistes, scolaires, professionnels etc.).

Ces temps de résidences et de restitutions seront donc l’occasion de croiser des regards sur ce territoire avec les habitants, mais aussi les gens de passage, les professionnels etc.

Au retour, chaque artiste finalisera ses recherches et productions et l’association proposera des restitutions publiques sur le territoire sous forme d’expositions, de rencontres, d’éditions etc.

Enfin, chaque artiste accueilli en résidence aura également l’occasion de produire un visuel reproduit en 50 exemplaires numérotés (les Multiples).
Collection d’objets archivant les résidences d’une part, traces du passage des artistes exposés dans les différents refuges d’autre part, ces multiples seront vendus au profit de l’association.

Apprendre à lire ces territoires dans leur diversité, multiplier les regards que l’on y pose en bousculant les habitudes, en complétant l’approche sportive par une approche sensible.

Document(s) à télécharger :