Toujours mobilisés pour les alpages !

-A A +A
L'intérêt pour les échanges et pour les informations récoltées sur les neuf "alpages sentinelles" des Écrins ne faiblit pas. Le bilan de l'année 2013 a été l'occasion de mieux connaître l'alpage du Distroit lors de la réunion annuelle des partenaires de ce programme à Châteauroux-les-Alpes.

Le programme « Alpages sentinelles » entre dans sa huitième année et la mobilisation de son collectif de travail ne s'essouffle pas. Piloté par le Parc national des Écrins, cet espace de dialogue suscite toujours autant d'intérêt.

Ce 11 avril, à Châteauroux-les-Alpes, la Maison du parc accueillait sa journée annuelle d'échanges. Salle comble avec plus de 35 participants : éleveurs et bergers utilisateurs des alpages, agents du Parc, des services pastoraux et des Chambres d'agriculture, chercheurs des différents laboratoires engagés.

14-04-as-ech2
Les échanges entre les chercheurs, les éleveurs, bergers, gestionnaires d'espaces naturels et autres techniciens pastoraux sont la richesse de ce programme initié voilà sept ans par l'ensemble de ces partenaires et piloté par le Parc national des Ecrins.

14-04-as-int-exploit

Tous partagent le même objectif et la même démarche : en confrontant les mesures scientifiques et les observations empiriques collectées sur les 9 alpages implantés dans les 7 secteurs du Parc, il s'agit de comprendre et d'anticiper les effets du changement climatique. C'est le croisement, année après année, des données traduisant les évolutions du climat, des milieux naturels, des pratiques pastorales et du fonctionnement des exploitations d'élevage qui doit permettre de « voir venir » les effets des changements.

Du satellite au pluviomètre

La thématique est d'intérêt majeur pour le Parc national et sa mission de gestion durable des écosystèmes pâturés, emblématiques de son territoire ; elle l'est tout autant à l'égard des éleveurs locaux ou transhumants pour lesquels l'alpage constitue un élément-clé de l'organisation et de l'économie des exploitations. L'ensemble de ces paramètres génère des questions très complexes et impose la coopération entre tous les domaines de connaissance et d'expérience.

14-04-as-gpe

D'où des protocoles de mesures qui associent les outils les plus modernes et les pratiques rustiques de terrain : les satellites pour l'étude de l'enneigement et de l'activité végétative, les sondes d'enregistrement automatique de la température et de l'humidité du sol, aux côtés des pluviomètres manuels relevés en alpages par les bergers, des observations directes de la hauteur de la végétation sur des placettes de référence pour estimer les variations de la ressource fourragère, des entretiens avec les éleveurs pour apprécier les principaux paramètres de fonctionnement et d'évolution de leurs exploitations...

Un hiver long et un printemps froid

Les données de la campagne 2013, traitées et mises en ordre, ont ainsi été présentées, comparées à celles des années antérieures, et soumises à l'appréciation collective.

Une attention particulière était portée à l'alpage sentinelle présent sur Châteauroux-les-Alpes et à son troupeau bovin de 150 têtes : l'alpage du Distroit qu'utilise un groupement pastoral d'éleveurs locaux dont sont issues deux des exploitations de référence du réseau.

14-04-as-e-lions114-04-as-e-lions2
Eric Lions, éleveur dans l'Embrunais, a présenté les caractéristiques de l'alpage du Distroit
distroit-alpage

Pour 2013, deux faits climatiques marquants : un enneigement à la persistance exceptionnelle, un printemps particulièrement froid, pluvieux et tardif.

En conséquence, un retard général de végétation d'au moins une à deux semaines, que n'ont pu rattraper les bonnes conditions estivales. Pour les éleveurs et les bergers, même si l'année est jugée globalement très satisfaisante, il a fallu s'adapter.

Les débats se sont donc arrêtés sur les possibilités d'affronter et de tamponner les aléas de ce type, selon les flexibilités relatives offertes par les alpages comme en fonction des capacités diverses d'ajustement permises aux exploitations.

14-04-as-salle1

Les éclairages d'autres massifs

Rendez-vous est pris maintenant dans un an, à l'issue d'une campagne 2014 qui sera assurément encore très différente. C'est bien l'accumulation patiente dans la longue durée de données et d'observations validées par tous les partenaires du projet qui donnera la clé d'analyse de la vulnérabilité des alpages au changement climatique et qui guidera la recherche consensuelle des voies de son atténuation.

Depuis les Écrins, les alpages sentinelles ont essaimé dans le parc national de la Vanoise, dans les parcs naturels régionaux du Vercors, de la Chartreuse et du Lubéron, dans le Ventoux ; les Parcs nationaux du Mercantour et des Pyrénées envisagent à leur tour d'en adopter le dispositif ; ce seront là des éclairages des plus fructueux – pour autant que partout en soit pleinement conservé le principe fondateur : la coopération et le partenariat multi-professionnels.

Voir le reportage D'iciTV - Les images tournées en extérieur sont extraites du Film "Alpages sentinelles", réalisé par Xavier Petit

altUne culture commune dans les alpages - mars 2013

La réunion annuelle des partenaires du programme "Alpages sentinelles" témoigne du dialogue constructif développé entre les scientifiques, les techniciens et les professionnels du monde agricole. Un film présentant cette démarche se termine.

Pour en savoir plus

2011-03-couv-fiche-asTélécharger les fiches techniques

 Alpages sentinelles : un espace de dialogue (2.18 MB)

Les Alpages sentinelles représentent une variété de situations, de caractéristiques naturelles dans les sept secteurs du Parc national. Ils accueillent des troupeaux locaux ou des grands transhumants.
Tous sont gardés. Bergers et éleveurs sont motivés et impliqués dans le suivi.
La gestion est individuelle ou réalisée par un groupement pastoral. En vallée, les exploitations qui utilisent ces alpages développent différentes productions : ovins ou bovins viande, vaches laitières...

Voir les bilans annuels et des zooms sur certains alpages :  Alpages sentinelles

altRéflexions partagées autour des alpages sentinelles - mars 2011

Au-delà des protocoles d'étude destinés à comprendre et anticiper l'impact des aléas climatiques sur les alpages, c'est bien le dialogue et les échanges noués entre les partenaires de ce programme qui sont immédiatement constructifs.

Lire l'article paru dans Alpes Magazine - avril/mai 2011 : Les alpages sous bonne garde