En quête de grand air dans les Ecrins, sur TF1

-A A +A
Dans sa série "La France secrète" au 20h du journal télévisé, le premier jour de déconfinement était consacré au Parc national des Écrins, hier soir.

Le tournage a été réalisé la semaine dernière, avec deux agents du Parc national, Damien Combrisson et Marie-Geneviève Nicolas dans l'Embrunais et la Vallouise. Maurice Fortoul, retraité, a quant à lui présenté la création du lac de Serre-Ponçon. Une invitation pour ceux qui résident à moins de 100 km des Ecrins.

Voir le reportage, signé Michael Guiheux, diffusé au "JT" de 20h du 11 mai qui a rassemblé 7,2 millions de téléspectateurs.

"Déconfinés ou presque. Les Français peuvent maintenant sortir de chez eux, mais n’ont, pour l’instant, pas le droit de se déplacer à plus de 100 kilomètres. Les habitants de Grenoble, Chambéry ou encore Gap pourront se tourner vers le parc des Écrins s’ils sont en quête de grand air.

A cette époque de l’année, le parc des Ecrins propose normalement des sorties à la découverte des oiseaux en migration. Mais ce lundi 11 mai, après deux mois passés chez lui, Damien Combrisson était seul pour observer le ballet des milans noirs. Le scientifique reprend ses marques peu à peu. Les équipes du parc national sont reparties à leur mission en ce premier jour de déconfinement.

Tout ne rouvrira pas immédiatement, mais déjà Damien Combrisson devine l’envie de nature des Français. "On a la chance d’être dans un très beau pays, avec des richesses à nos portes, souvent insoupçonnées. Dans un premier temps il n’y a pas besoin de courir aux quatre coins de la planète", juge-t-il.

Le parc des Ecrins, avec ses 750 kilomètres de sentier, offre de quoi satisfaire les envies de se dégourdir les jambes, après tant de semaines de quasi-immobilité. Ses paysages sont aussi un plaisir pour les yeux. A commencer par le lac de Serre-Ponçon, avec sa chapelle perchée, presque immergée."

Une quarantaine de gardes observent le parc toute l’année. Ils ont continué même pendant le confinement, sans quitter leur maison. "Dans mon jardin j’ai trouvé plusieurs espèces qui n’étaient pas connues dans le parc des Ecrins, raconte Marie Nicolas. C’est pas forcément des raretés, mais personne n’avait pris le temps ou n’avait eu la chance de tomber dessus."

La garde a retrouvé ses grands espaces. Dans quelques temps, ce sont les touristes qui devraient revenir. Pour les animaux, cela veut dire que la tranquillité est terminée : la cohabitation va reprendre."

Lire aussi : Biodiv'Ecrins s'enrichit au fil du confinement

Déconfinement et invitation à la prudence - 11 mai 2020