C comme... Chamois

-A A +A

C'est un des symboles de la montagne !

Pourtant, la haute montagne n'est pas son domaine préféré : pas assez d'herbe à manger... Il peut même vivre à basse altitude pourvu qu'il puisse se réfugier sur des hauteurs. Il est doté d'un coeur puissant lui permettant de monter 1000 m de pente en 15 minutes (un marcheur monte 400 mètres en 1 heure) !

 

Chamois © M. Coulon - Parc national des Ecrins

Une bête à cornes ! 

Les chamois sont de la même famille que les chèvres et les moutons, ce sont des caprins. Mâles et femelles portent des cornes et il n'est pas toujours facile de les distinguer.
Le mâle est plus gros, plus trapu, les crochets formés par le haut de ses cornes recourbées sont généralement plus resserrés que chez la femelle.

C'est en novembre-décembre, au moment du rut, qu'on les différencie le mieux : les mâles (boucs) sont tout fous, se poursuivent, se combattent. Ils ont alors les poils du dos tout hérissés. Le pinceau pénien (les poils autour du pénis) est aussi bien visible.  Chamois mâle à la saison du rut © J-P. Telmon - Parc national de Ecrins

On reconnaît plus facilement les jeunes. Ceux qui ont moins de deux ans, les éterles (femelles) et les éterlous (mâles), ont les cornes moins longues que leurs oreilles.

Deux chevreaux et un éterlou - Parc national des EcrinsUn éterlou et deux chevreaux

Les chevreaux, les jeunes de l'année, n'ont pas encore de cornes. Ils ne sont jamais bien loin de leur mère, nommée chèvre.

Chèvres et chevreaux © R. Papet - Parc national des Ecrins

Une année de chamois

A la fin de l'automne, c'est donc la période du rut.

Chamois en hiver © R. Chevalier - Parc national des Ecrins Puis vient l'hiver, le rude hiver ! Les chamois, herbivores, vont devoir s'adapter. Afin de trouver de quoi manger, il faut gratter la neige, se rendre sur des lieux où elle fond plus rapidement (pentes abruptes en plein soleil, crêtes ventées, ...), puis descendre vers la vallée, rejoindre les arbres et grignoter des bourgeons, des rameaux et des lichens.

Pour lutter contre le froid, les chamois ont mué : leur fourrure d'hiver est très épaisse et presque noire. Elle emmagasine la chaleur comme le font des capteurs solaires.

C'est une période où nous, les hommes, pouvons les observer plus facilement : ils sont plus bas en altitude et leur pelage sombre se détache bien sur la neige. Mais ne les dérangeons pas ! Ils vivent sur leur réserve de graisse, accumulée pendant l'été. Les déplacements sont coûteux en énergie dans la neige. As-tu déjà essayé de courir dans une bonne épaisseur de neige fraîche ?... C'est fatiguant !

Harde de chamois © R. Papet - Parc national des Ecrins Fin mai, début juin, les femelles mettent bas leur petit. Femelles et jeunes sont regroupés en hardes nommées "chevrées".
Les mâles sont plus solitaires.

En été, les chamois sont souvent plus haut en altitude. Il est plus difficile de les observer, sauf si tu te lèves tôt ! Dans la journée, ils ont chaud et se cachent sous des buissons frais... A moins que tu ne tombes sur des jeunes batifolant sur des névés*, ils adorent ça !

* un névé est une plaque de neige qui n'a pas encore fondu durant l'été.

Pas facile la vie de chamois ! 

L'aigle aussi a besoin de se nourrir ! S'il trouve dans les parages un chevreau affaibli, il en ferait bien un festin... Le renard aussi. Le loup et le lynx peuvent s'attaquer à des adultes, de même que les chiens errants.
L'hiver est très dur pour les jeunes : beaucoup ne connaîtront pas le printemps et les avalanches peuvent être très meurtrières.
Mais c'est l'homme son plus grand prédateur, car le chamois est un gibier très prisé.

Le dérangement par les randonneurs, les engins à moteur, les hélicoptères, les parapentes ou les planeurs peuvent fortement perturber la tranquillité dont ils ont besoin.

Chamois ou isard ? 

Dans les Alpes, c'est le chamois. Dans les Pyrénées, l'isard ! Il est plus petit et plus léger que le chamois et son pelage est plus roux en été.

Et dans les Ecrins

Le massif des Ecrins abrite aujourd'hui environ 15 000 chamois, alors qu'on n'en comptait que 3000 à la création du Parc national en 1973.

Il y a environ 50 000 chamois dans les Alpes françaises.

Pour en savoir +

A lire :

  • Fiche thématique "Le Chamois" à télécharger 
  • « Le chamois » - collection faune sauvage - éditions HESSE
  • « Le chamois » - collection «carnets de la Huppe »   Editions Libris (Glénat)
  • « Trag le chamois » de SAMIVEL éditions Delagrave 1978

Cahier pédagogique « la montagne c'est quoi »

DVD : « Un portrait de chamois », collection « De sentiers en découvertes », DVD n° 1, parc national des Ecrins / Xavier Petit

Sur le site internet du Parc :

A écouter :

Activités

Le chamois est un ongulé : il marche sur le bout de ses doigts, ses ongles transformés en sabots. D'autres ongulés vivent dans les Alpes.
En bas de page dans la rubrique Document(s) à télécharger tu trouveras une fiche à imprimer, avec les dessins de six ongulés vivant dans le parc national des Ecrins.
Peux-tu les identifier ? Pour t'aider, leurs noms sont écrits dans le désordre en bas de la page.
Puis trouve l'intrus qui s'est glissé parmi eux. 
Fichier pdf : jeu chamois et ongulés

Les réponses
Fichier pdf : réponses jeu chamois et ongulés

Date de publication sur le site : 
Vendredi, 6 Janvier, 2017