Coléoptères : charançons, scarabées, coccinelles...

-A A +A
  • Année(s) de réalisation : 2009, 2010, 2013, 2014, 2016
  • Auteur(s) : Benoît Dodelin, Frédéric Chevaillot, Rémy Saurat et agents du Parc national des Écrins
  • Nombre d’espèces et sous-espèces : 232

Exosoma lusitanicum ©F. ChevaillotLes coléoptères se reconnaissent grâce à trois caractéristiques communes. Ils possèdent deux paires d'ailes dont la première, composée des élytres, constitue une carapace. De plus, ils sont dotés d'un appareil buccal de type broyeur. Enfin, ils présentent une métamorphose complète, la larve étant totalement différente de l'adulte. Cet ordre est très diversifié et regroupe les charançons, scarabées, coccinelles, lucanes, hannetons... Phytophages, prédateurs, parasites ou encore détritivores, les coléoptères ont des modes de vie très variés. 

Parmi eux, les coléoptères sapro-xyliques sont dépendants, directement ou non, du bois mort. Or, dans la réserve intégrale de Lauvitel, l'homme ne modifie pas la forêt. Les arbres meurent, tombent et pourrissent naturellement, offrant aux coléoptères saproxyliques de nombreux habitats et parfois même une source de nourriture.

Réalisation du pré-inventaire

Localisation des observations de coléoptères dans la Réserve intégrale de Lauvitel de 2009 à 2016Deux spécialistes inventorient depuis 2009 les coléoptères de la réserve intégrale : Frédéric Chevaillot et Benoît Dodelin. Ce dernier, appuyé en 2016 par Rémy Saurat, s’intéresse plus particulièrement aux coléoptères saproxyliques.

Lors de la session 2009-2010, des pièges à vitres à interception multidirectionnelle ont été utilisés. Les années suivantes (2014, 2016), c’est la chasse à vue qui a été privilégiée. Elle consiste à rechercher les individus sous les pierres ou sur les herbes, battre la végétation, tamiser la litière, écorcer de vieux troncs, ou encore visiter les champignons lignicoles. Elle a été complétée par une session de chasse de nuit dans la forêt en 2014 et la pose de pièges Barber en 2016. Des gobelets en plastique sont disposés au raz du sol, dans lesquels on verse un mélange d’eau saturée en sel et de liquide vaisselle, qui permet de faire tomber les insectes directement au fond du liquide et de les conserver quelques jours. Mais ce type de piège n’est pas spécialisé et ne doit être utilisé que si tous les invertébrés pris au pièges (araignées, autres insectes…) font l’objet d’une identification.

Ce sont ainsi différents milieux de la réserve qui ont été inventoriés, tels que la forêt d’épicéas, les berges du lac et du torrent, des mégaphorbiaies, des pelouses alpines ou encore des landes à rhododendrons. Si les premières sessions étaient focalisées sur la partie basse du vallon, les prospections des années suivantes ont davantage eu lieu en altitude afin d’étudier les bords de névés humides et les éboulis et pelouses d’altitude.

Prospection des coléoptères de ruisseau Ben Dodelin ©F.Chevaillot

État des connaissances

Au total, environ 230 espèces différentes ont été recensées, dont au moins une soixantaine sont strictement saproxyliques. Cent cinquante de ces espèces ont été identifiées grâce au piégeage de 2009-2010.

Hanneton ©MarcCorail Les pièges au sol installés en 2016 ont permis la capture d’espèces très difficilement observables, comme le genre Catops, vivant sous les mousses ou dans les terriers de marmottes. Certaines espèces rencontrées sont remarquables pour leur rareté. Parmi les coléoptères saproxyliques, Dryocoetes alni n’est connu que d’une dizaine de stations en France continentale. La capture de Corticarina obfuscata est venue quant à elle confirmer la présence en France de cette espèce très rare.

Coccinelle Ocellée ©DelanatteBlandine Concernant les autres coléoptères, on pourra citer Podistra prolixa (Cantharidae). Cette rare espèce relique des montagnes européennes n'est connue que de quelques stations des Alpes (en Isère, citée de la Grande Chartreuse). Elle a été capturée lors de la chasse de nuit organisée dans la forêt en 2014. En bord des ruisseaux de haute altitude, le taupin Hypnoidus consobrinus découvert en 2013 pourrait être une première citation pour l'Isère. Phyllobius alpinus est quant à elle recensée dans quelques régions montagneuses et reste très peu citée en France et peu documentée. Frédéric Chevaillot précise qu’il n’a trouvé aucune mention de sa présence dans les Alpes dans la littérature, les collègues contactés faisant le même constat. Sa taxonomie reste toutefois très complexe.

Vers un inventaire exhaustif et un suivi des populations

D'après Benoît Dodelin, la majorité des espèces saproxyliques, qui occupent le secteur forestier, a sûrement pu être inventoriée. De nouveaux inventaires permettraient donc de suivre les populations et seraient à réaliser tous les dix ans environ. Les deux spécialistes s’accordent sur le fait que d'autres habitats n'ont par contre pas été suffisamment explorés, tels que les bords de glaciers, les éboulis humides à saules nains, ou encore les pelouses d'altitude. Les bords de névés nécessiteraient des visites plus régulières, qui suivraient l’évolution de la fonte des neiges. Tous deux recommandent la pose de pièges Barber et à vitres dans le cadre d’un suivi régulier, la seule chasse à vue étant trop aléatoire.

Forêt de Détain et Bruant ©MarcCorail

Les 232 espèces rencontrées :
  • Abax parallelepipedus
  • Agapanthia villosoviridescens
  • Agoliinus satyrus
  • Agrilinus constans
  • Agriotes obscurus
  • Amara equestris
  • Amara praetermissa
  • Amara quenseli
  • Amidorus obscurus
  • Ampedus auripes
  • Ampedus scrofa
  • Anaspis rufilabris
  • Anaspis sp.
  • Anastrangalia sanguinolenta
  • Anechura bipunctata
  • Anisotoma sp.
  • Anoplotrupes stercorosus
  • Anoplus roboris
  • Antherophagus nigricornis
  • Anthophagus alpestris
  • Athous emaciatus
  • Athous sp.
  • Athous subfuscus
  • Atomaria sp.
  • Atrecus affinis
  • Barynotus margaritaceus
  • Bradycellus caucasicus
  • Bromius obscurus
  • Bryaxis collaris
  • Byrrhus sp.
  • Byturus sp.
  • Byturus tomentosus
  • Calathus erratus
  • Calathus melanocephalus
  • Calathus micropterus
  • Calopus serraticornis
  • Cantharis pagana
  • Cantharis tristis
  • Carabus depressus
  • Carabus intricatus
  • Catops sp.
  • Ceratomegilla notata
  • Cicindela campestris
  • Cicindela hybrida
  • Cis rugulosus
  • Colposis mutilatus
  • Corticaria sp.
  • Cortinicara gibbosa
  • Cratosilis denticollis
  • Cryphalus piceae
  • Cryptocephalus sp.
  • Cryptorhynchus lapathi
  • Ctenicera cuprea
  • Ctenicera virens
  • Curculionidae sp.
  • Cychrus attenuatus
  • Dalopius marginatus
  • Dascillus cervinus
  • Dendrophilus pygmaeus
  • Dictyoptera aurora
  • Dienerella vincenti
  • Dromius sp.
  • Dryocoetes alni
  • Dryocoetes hectographus
  • Enicmus testaceus
  • Epuraea sp.
  • Ernobius mollis
  • Evodinus clathratus
  • Exosoma lusitanicum
  • Fleutiauxellus maritimus
  • Galeruca tanaceti
  • Gastrophysa viridula
  • Gaurotes virginea
  • Gonioctena nivosa
  • Gonioctena pallida
  • Harpalus affinis
  • Harpalus dimidiatus
  • Harpalus laevipes
  • Harpalus rubripes
  • Heterhelus scutellaris
  • Hoplia argentea
  • Hylastes cunicularius
  • Hylastinus obscurus
  • Hylobius abietis
  • Hypnoidus riparius
  • Isomira sp.
  • Leiopus nebulosus
  • Leptinus testaceus
  • Lesteva sp.
  • Limodromus assimilis
  • Luperus nigripes
  • Malthodes minimus
  • Molops piceus
  • Molorchus minor
  • Monochamus sutor
  • Nebria jockischii
  • Nebria pictiventris
  • Nebria rufescens
  • Nicrophorus investigator
  • Notiophilus biguttatus
  • Oberea oculata
  • Ocydromus bualei
  • Ocydromus geniculatus
  • Ocydromus tibialis
  • Oedemera tristis
  • Onyxacalles pyrenaeus
  • Orchesia minor
  • Oreina bifrons
  • Oreina cacaliae
  • Oreina elongata occidentalis
  • Oreina gloriosa
  • Oreina speciosissima
  • Oreonebria angusticollis
  • Oromus alpinus
  • Ostoma ferruginea
  • Othius sp.
  • Otiorhynchus alpicola
  • Otiorhynchus pupillatus
  • Oxymirus cursor
  • Paracorymbia hybrida
  • Paraphotistusimpressus
  • Phloeotribus spinulosus
  • Phratora vitellinae
  • Phyllobius argentatus
  • Phyllopertha horticola
  • Pityophthorus pityographus
  • Plagiosterna aenea
  • Pocadius adustus
  • Poecilus lepidus
  • Poecilus versicolor
  • Pogonocherus ovatus
  • Polygraphus poligraphus
  • Prosternon tessellatum
  • Protaetia cuprea cuprea
  • Pterostichus externepunctatus
  • Pterostichus funestes
  • Pterostichus honnoratii
  • Pterostichus melanarius
  • Ptinus subpillosus
  • Quedius cinctus
  • Quedius plagiatus
  • Rhagonycha nigriventris
  • Rhagonycha translucida
  • Rhyncolus ater
  • Salpingus ruficollis
  • Selatosomus aeneus
  • Selatosomus confluens
  • Sericus brunneus
  • Silpha tyrolensis
  • Spavius glaber
  • Spavius glaber
  • Tachinus humeralis
  • Trichius fasciatus
  • Trichodes apiarius
  • Trichotichnus laevicollis
  • Trypodendron lineatum
  • Zacladus geranii

 

> Retour à la page : ATBI du Lauvitel, vers un inventaire général de la Biodiversité

Date de publication sur le site : 
Mardi, 19 Mars, 2019