E comme... Églantier

-A A +A

Quand on se promène autour des villages en montagne, on traverse souvent d'anciens champs qui ne sont plus cultivés, ou des prairies qui ne sont plus fauchées (pour faire du foin).

Ils sont en friche et maintenant envahis par de nombreux arbustes épineux tels que des aubépines, des genévriers ou des églantiers.

 

Églantier © B. Nicollet - Parc national des Ecrins

Il n'existe pas une seule sorte d'églantier mais quelques dizaines d'espèces différentes présentes dans le parc national des Ecrins. Certaines sont difficiles à identifier précisemment parce qu'elles se ressemblent beaucoup.

Ça pique... mais c'est bon !

Épines églantier © B. Nicollet - Parc national des Ecrins Les églantiers donnent de belles fleurs roses ou blanches qui se transformeront en fruits rouges, ovales ou ronds, les cynorrhodons. Mmmm !
C'est aux premières gelées d'automne qu'il faut ramasser ces fruits, bourrés de vitamine C, pour en faire d'excellentes confitures. Les cynorrhodons sont aussi appelés "gratte-culs" !
Mais attention à ne pas les avaler crus car ils contiennent des poils qui irritent la gorge : les poils à gratter ! Voilà l'explication de leur surnom...

Transport de graines

Les oiseaux, eux, ne craignent pas le poil à gratter. Certains se nourrissent de cynorrhodons en hiver. Puis ils s'envolent et font leurs fientes plus loin, bien plus loin...
Ils évacuent avec elles les graines contenues dans les cynorrhodons.
C'est ainsi que loin, bien plus loin de l'arbuste d'origine, ces petits grains laissés par les oiseaux vont donner de petits églantiers...

Le bédégar et le cynips

On observe parfois sur les églantiers de drôles de boules rouges toutes ébouriffées : les bédégars. Ils sont fabriquées par l'arbuste lorsque la femelle d'une sorte de minuscule guêpe, le cynips de l'églantier, y pond ses œufs.

Le bédégar abrite et nourrit les larves de l'insecte (des petits asticots)qui, une fois devenus grands, le quitteront.

Bédégar ou galle de l'églantier © B. Nicollet - Parc national des Ecrins Larves du cynips à l'intérieur d'un bédégar © B. Delenatte - Parc national des Ecrins

Les églantiers sont des rosiers sauvages. Au cours de la Préhistoire, les hommes ont domestiqué les végétaux comme ils l'ont fait pour les animaux. Les fleurs des églantiers leur ont tellement plu qu'ils ont cultivé ces arbustes en les sélectionnant, de façon à rendre leurs fleurs de plus en plus grosses et de plus en plus belles : ce sont les roses !

Pour en savoir + ...

A lire :

Sur le site internet du Parc : 

Activité

Confiture de cynorrhodons

  • Cueillir les fruits en faisant attention de ne pas se piquer aux épines !
  • Enlever les parties vertes ou marron des cynorrhodons (« petites queues » et sépales).
  • Les laver, les faire cuire en les recouvrant juste d'eau. On peut ajouter quelques pommes pelées et coupées en morceaux dans la casserole mais ce n'est pas obligatoire.
  • Quand ils sont cuits, les écraser en les passant dans une moulinette à mailles très fines. Il ne faut pas que les petits poils passent dans la confiture !
  • Peser la purée obtenue (ou mesurer son volume en nombre de louches).
  • Ajouter le même poids de sucre (ou le même nombre de louches).
  • Refaire cuire à feu doux une dizaine de minutes en remuant. Il est possible d’ajouter un peu de gélifiant (pectine ou agar-agar) si la confiture parait trop liquide.
  • La confiture est prête. Bon appétit !

Classe de maternelles des Vigneaux, 2013-2014 © Parc national des Ecrins

 

Date de publication sur le site : 
Mardi, 10 Janvier, 2017