ÉCOLE de CHABOTTES

-A A +A
Fiche descriptive : 
  • Année scolaire : 2010-2011
Cette année notre projet d'école... c'est le jardin.

Bonjour ! Nous sommes les élèves de CE2 et CM1 de l'école de Chabottes.

Dans notre école, il y a cinq classes, de la maternelle au CM2 et nous sommes 128 élèves.
Les enfants viennent de Chabottes, Buissard et du Forest-Saint-Julien.

Notre école est toute neuve. Elle a ouverte il y a trois ans à la haute-Plaine.

2011-06-ecole-chabottes

Nous avons la chance d'avoir une belle bibliothèque et du matériel informatique. On a 19 ordinateurs dont quelques ordinateurs portables. Nous tapons des textes sur open office et nous avons aussi une connexion avec internet. Grâce à notre TBI (tableau blanc intéractif) relié à un ordinateur, on peut voir tous ensemble ce qui se passe en direct sur l'écran.

De la fenêtre de l'école, on a un paysage magnifique sur la montagne et sur la campagne. On voit le vieux Chaillol, les Autanes, les stations d'Orcières, Saint-Léger et Chaillol.

Chaque classe  a un bout de jardin où les enfants ont planté des tournesols, de la menthe, des fraises, des melons, un concombre, des narcisses, des cosmos, des jonquilles, des tomates...

Nous, la classe des CE2-CM1, avec notre maître Jérome Trombello, nous avons fait un "reportage TV" avec des interviews après nous être renseignés auprès des anciens du village sur les outils, les recettes de grands-mères, comment lutter contre les parasites...

Avec Marc Corail, garde-moniteur du Parc national des Ecrins, on a travaillé sur les petits animaux du jardin. En étudiant les pelotes de réjection de la chouette hulotte, on a trouvé des indices pour savoir quelles sont ses proies.

Par petits groupes, les enfants ont fait des recherches dans des livres, à l'école et à la maison, pour mieux connaître les chouettes et hiboux que l'on trouve dans la vallée, autour des villages ou un peu plus loin dans les forêts. Ils se sont aussi intéressés à leurs proies. À partir des informations recueillies, il ont écrit et saisi  sur ordinateur des petits textes pour  présenter les différentes espèces... afin que cela puisse servir à d'autres écoles qui voudraient mieux les connaître. Le 6 juin, tout était presque prêt pour pouvoir mettre en ligne toutes ces informations : Marc est revenu à l'école avec Claire, sa collègue qui travaille au service communication du Parc et qui s'occupe plus particulièrement du site internet. En direct sur le TBI, les enfants ont vu le début du travail de publication de leur travail.  Le voici !

Les Pelotes de rejection

2010-06-chab-classe-295

"Marc Corail et Vincent Nobili, intervenants du Parc des Écrins sont venus nous faire analyser les pelotes de réjection de la chouette hulotte.

Nous étions de vrais chercheurs, de vrais scientifiques !"

Les enfants ont chacun décortiqué une pelote de rejection de chouette hulotte. Ils ont aussi étudié une boîte comportant de nombreux indices d'animaux (pelotes, crottes et autres restes de repas).

2010-06-chab-matos-2952010-06-chab-tri-295

2011-06-jd-chab-etude-pelot

"Les Pelotes de réjection sont des boules régurgitées par les oiseaux environ 2 fois par jour. Elles contiennent les éléments durs et non digérés des proies qu'ils avalent en entier. Elles sont rejetées par le bec environ 2 heures après l'ingestion des proies. On trouve les pelotes près du nid ou des perchoirs des oiseaux." - Aurélien

"Les oiseaux ne mâchent pas ce qu'ils mangent. Les poils, les os ou les carapaces non digérés sont rejetés par le bec sous forme de pelotes. Ils font une pelote après chaque repas. On en trouve dans les greniers, les granges ou les trous des arbres." - Léonie

"On reconnaît les pelotes de chouette effraie car elles sont noires et brillantes. C'est le hibou grand duc qui fait les plus grosses pelotes. Il n'y a pas que les chouettes et les hiboux qui font des pelotes, il y a aussi l'aigle royal, le guêpier d'Europe...
Dans la boîte d'indices j'ai vu des pelotes d'aigles royaux qui avait mangé des marmottes, une poule rousse, un agneau."
- Léa

2011-06-jd-chab-microsc2011-06-jd-chab-crane
Un peu d'anatomie :

alors qu'en classe les enfants étudient le squelette humain, ils ont pu retrouver dans les pelotes quelques os caractéristiques : dents, fémurs, bassin, vertèbres, tibia/péroné, mandibules...

2011-06-jd-chab-pelot2952010-06-chab-tri2-295
2011-06-boite-indices

"On reconnaît les pelotes de chevêche car il y a beaucoup d'insectes à l'intérieur. Dans les pelotes du hibou grand duc il y a de grosses proies (des os de rats et de lièvres).
Dans la boîte d'indices, il y a aussi d'autres indices comme :
- une crotte de renard avec une patte de tétras lyre à l'intérieur
- Des plumes
- Des fruits et des pommes de pin grignotés par des rongeurs."
- Yaëlle

"Les animaux du jardin... Certains d' entre eux sont très connus et très utiles au jardin comme le hérisson, le crapaud. D'autres sont qualifiés de nuisibles ou de ravageurs à cause des dégats qu'ils peuvent causer à nos plantations comme les pucerons ou les chenilles... qui pourtant feront notre admiration à l'état adulte. D'autres encore nous font peur comme les araignées ou les serpents. Mais tous les animaux contribuent à un certain équilibre fragile. " - Aurélien, Mickaël, Clovis

 

Les Chouettes présentes dans la vallée près des villages

La chouette Hulotte

2010-06-hulotte-df-2952010-06-hulotte-mc-295

C'est la plus commune dans la vallée. La chouette Hulotte vit dans les forêts et dans les montagnes mais aussi dans les parcs et les jardins des villes.

Elle niche dans un trou dans l'écorce d'un arbre ou d'un rocher.

La chouette Hulotte ne construit jamais son propre nid.

Elle se nourrit de petits rongeurs, chauve-souris, taupes, grenouilles, serpents, insectes... et des poissons. "A Champoléon on a effectivement découvert que la hulotte se nourrissait de truites à l'occasion" ajoute Marc Corail.

La femelle peut avoir de 3 à 5 petits par an.

La chouette Hulotte est une espèce protégée au niveau national.... comme tous les rapaces nocturnes.
Avant elle était considéré comme un animal nuisible.
- Eva, Owen, Lisa R, Clémence, Elisa, Léonie

 

2011-06-jd-effraie-ccLa Chouette Effraie

Elle est rare dans la vallée car elle craint les hivers trop longs. On n'est pas sûr qu'elle niche ici. Nous avons travaillé sur des pelotes de rejection de chouette effraie qui provenaient de Camargue.

La chouette effraie vit et niche dans des arbres ou des granges. Le plus souvent elle mange des campagnols, des souris, des musaraignes, des moineaux.

Elle peut pondre jusqu'à six œufs qui vont éclore puis des petits vont naître qui sont aveugles mais ils seront très jolis quand ils auront l'âge adulte.

L'Effraie est protégée car avant les hommes les tuaient pour les accrocher à leur porte car ils disaient que cela protégeait du malheur.
Marie

 

2011-06-jd-moyenducLe Hibou moyen duc

Ce rapace habite toute l'Europe à l'exception du grand nord. Il est en France mais il est absent en Corse, dans le Sud Ouest et certains cantons de l'Ouest. Le hibou moyen duc choisit un ancien nid, soit de rapaces soit d'écureuil, de pie ou de corneille.

Il mange surtout des petits mammifères (mulots, campagnols, musaraignes, loirs...)

La femelle pond 4 à 6 œufs blancs qu'elle couve seule pendant 28 jours.

Tous les rapaces sont protégés de la chasse.
- Léo, Jules

 

2011-06-jd-petitduc-dcLe petit Duc

Il vit en région méditerranéenne et l'hiver il part en Afrique. Il niche dans les arbres.

Il mange des petits rongeurs et beaucoup d'insectes.

La femelle pond 3 à 5 œufs.

Le Petit Duc est protégé.
- Clara, Alicia

 

 

 

2011-06-chouette-che-mcLa chouette chevêche

Elle vit dans les bois, en campagne, dans les vieux vergers, aux abords des villages avec beaucoup de jardins... et même sous les toits

Elle niche dans des troncs d'arbre.

Elle mange des insectes, larves, des vers, des chenilles et des escargots. Elle chasse aussi très souvent des petits rongeurs.

Elle pond de beaux œufs blancs (3 à 5 œufs)

La chouette Chevêche est très menacée par les activités humaines et agricoles ainsi que par la disparition de son habitat naturel (arbres coupés et vergés supprimés).
- Owen et Krystian

Plus loin des villages, les petites chouettes de montagne

2011-06-jd-tengmalm-rcLa chouette de Tengmalm  

 Elle vit dans les forêt montagnardes et surtout la hêtraie-sapinière et niche dans des anciennes loges de pic-noir. 
Son régime alimentaire est constitué principalement de petits mammifères. Elle capture surtout des petits campagnols mais tue aussi des souris, des musaraignes et des petits oiseaux.
Elle met au monde entre 3 et 7 petits.
- Clémence, Lisa R

 

La chouette chevêchette

La chevêchette est le plus petit rapace nocturne d'Europe. Elle a une tête plate et arrondie, elle fait la taille d'un gros moineau. Elle fréquente les vieilles forêts mixtes aérées de clairières situées dans les montagnes. Elle loge principalement dans des creux percés par les pics. Nerveuse et ultra rapide elle chasse des petits rongeurs plus gros qu'elle parfois. Comme les autres chouettes elle a des prédateurs très agiles : le renard, la martre, la fouine. Elle peut pondre jusqu'à sept œufs. La femelle assure la couvaison pendant que le mâle ravitaille sa femelle ceci même après l'éclosion des œufs. En coupant les arbres, les hommes sont un grand danger pour les chouettes . Avant ils les tuaient et les accrochaient à leur porte.
- Marie, Yaëlle, Jules, Eva, Léo

2011-06-jd-chevechette-dc600

 

Les Proies des rapaces nocturnes

Après l'analyse des pelotes de rejection étudiées dans la classe : sur un total de 29 proies on a trouvé : 15 musaraignes, 10 campagnols, 4 mulots.

On n'a pas compté les insectes car souvent les restes était beaucoup trop petits et difficiles a identifier... à part pour la courtilière.

Léo a dessiné un camembert de ce régime alimentaire (ou plutôt une pizza à la souris !)

2011-06-jd-courtiliereLa Courtilière

En décortiquant sa pelote, Méline a découvert une patte d'un gros insecte : la courtilière.

La courtilière est un gros insecte fouisseur (qui creuse des galeries). Son surnom est le grillon taupe (à cause de ses grosses pattes). Adulte elle mesure 5 cm de long. Son corps est duveteux. Sa tête porte des pièces buccales broyeuses, deux antennes et des yeux noirs. Elle possède aussi des ailes et des élytres.

La courtilière vit dans les sols meubles, légers et frais. Prairies, jardins, pépinières ...

Elle a un régime alimentaire omnivore dévorant des vers de terre et des larves du sol mais s'attaquant aussi aux racines et aux tubercules. Elle peut causer des dégâts sur les jeunes plantes dont elle sectionne les racines.

La courtilière pond 200 à 300 œufs dans une galerie profonde. Le cycle de reproduction dure 2 ans.
- Méline

2011-06-jd-musaraigneLa musaraigne

Très jolie, on la confond des fois avec une souris. La plus commune la musaraigne carrelet vit près des maisons et dans les jardins... son lieu de prédilection est le compost. En Europe, il y a une dizaine d'espèces de musaraignes. La musaraigne mange des insectes (vers, limaces et chenilles). Il existe des musaraignes qui vivent au bord de l'eau. Les musaraignes font dix bébés par an.
- Shakira, Léa

En classe les enfants ont étudié le squelette humain : Léonie compare le squelette de la proie qu'elle a découvert dans sa pelote de rejection : la musaraigne.

La musaraigne a un crâne plus allongé que le notre (et des dents pointues à cause de son régime alimentaire insectivore).
- Léonie

 

Le loir

Les loirs vivent dans les forêts claires de collines et de montagne ou de bocage. En période hivernale, on trouve les loirs dans un trou d'arbre, un terrier, des grottes, mais ils aiment aussi de plus en plus les greniers de nos habitations.

Les loirs mangent des fruits, des écorces, des bourgeons, des noisettes, des glands, des faînes (fruit du hêtre) et des champignons. Ils ne se nourrissent pas pendant l'hibernation.

Les femelles du loir mettent bas, une fois par an, une portée de 2 à 9 petits.
- Lisa B

2011-06-jd-loir-mc

 

2011-06-jd-lerot-mc-Le Lérot

 

Le Lérot est un rongeur.

... il vit aussi en ville, seulement s'il y a de la végétation à proximité et des cachettes pour se réfugier (arbres creux, tas de bois, boîtes aux lettres, nichoirs à oiseaux, greniers, vieux murs, ruines...).

Sa vivacité et son agilité sont remarquables. Il est capable de courir verticalement sur les murs. Cet acrobate aime vivre perché et se moque de la gravité. Vous le verrez le plus souvent sur les arbres ou sur les toits. S'il descend au sol c'est qu'il a repéré quelque chose à grapiller. Son forfait accompli, il retourne bien vite se mettre à l'abri dans les hauteurs. Le territoire d'une famille de lérot s'étend sur 500 m2 environ, selon ses ressources.

Le Lérot est boulimique. Son poids de 60 g environ en avril va presque doubler en automne avant d'hiverner. Dés son réveil, il passe son temps à rechercher de la nourriture et contrairement à l'écureuil il ne constitue pas de réserves alimentaires. Tout est grignoté sur place. Au menu : les fruits bien sûr, les graines, les bourgeons. Mais il n'est pas que végétarien, il aime aussi les insectes et les larves. Il peut s'attaquer à l'occasion à d'autres petits animaux tels que souris, musaraignes, grenouilles. Il est volontiers charognard. C'est aussi un prédateur d'oiseaux. Il pille les nids, prend possession des logements cavernicoles après avoir dévorer la nichée. On le trouve un peu partout en Europe. Il apprécie les endroits boisés ; forêts, parcs, jardins.
- Louis, Théo

2011-06-jd-mulot-dcLe mulot

 Le mulot gris est plus grand qu'une souris. Il a un nez long, de grande oreilles, l'oeil gros saillant et noir et une longue queue (de 7 à 10 cm). Ses membres postérieurs sont beaucoup plus longs que les antérieurs : c'est un animal sauteur, il se déplace par petits bonds à l'inverse de la souris qui trottine. Il habite dans tous les lieux où il peut trouver nourriture et abris (champs, jardins, meules et habitations).

Son alimentation se compose surtout de graines mais il lui arrive de consommer des invertébrés au printemps et en été.

Son activité est surtout nocturne. Dans les jardins, il s'attaque aux légumes, bulbes, racines... Deux ou trois fois par an, la femelle met au monde 4 à 8 petits.

Il mange des feuilles, des écorces, des graines.  Il peut avoir 4 6 ou 8 petits par an.
- Alicia, Clara

RESSOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

Revue La Salamandre n°201 : Aventures d'une noctambule.
Revue la Petite Salamandre n°73 : une nuit avec la Hulotte.
Les Cahiers techniques de la gazette des Terriers : Pelotes.
Raconte la chouette. JC Génot
Les Carnets de la Huppe : Les chouettes et les Hibous.
Atlas de la faune sauvage des Alpes du Haut-Dauphiné : les vertébrés Poissons, amphibiens, reptiles, mammifères
Atlas de la faune sauvage des Alpes du Haut Dauphiné : les oiseaux
80 animaux des montagnes - Où les trouver, comment les reconnaître
Collection faune sauvage - La chouette
Copain des Alpes

Voir aussi les articles

La hulotte sur le balcon - janvier 2010

 

 

 

Chevêchette : deux nouveaux sites en Embrunais

novembre 2009... avec une petite vidéo

 

 

Deux sorties de fin d'année... au lac de Libouse et au Pré de la Chaumette

2011-06-chab-epuisette

Le programme d'animation avec l'école Chabottes s'est terminé en juin avec une journée à la découverte des petites bêtes de l'eau au lac de Libouse pour les CE2 et une sortie au refuge du pré de la Chaumette à la découverte du parc national des Ecrins pour les CM1 CM2.

Dans le cadre de l'opération "destination refuges", deux journées bien remplies avec plein d'ateliers à la montée, une course d'orientation au pré de la Chaumette, la nuit au refuge et le lendemain l'ascension au col du Cheval de Bois.

2011-06-chab-montee

2011-06-chab-refuge

2011-06-chab-aucol