De l'art d'agencer les pierres

-A A +A
Une formation-chantier pour la restauration d'un mur de soutènement en pierres sèches a été proposée aux Usclas, à Orcières. C'est la deuxième du genre, organisée conjointement par la communauté de communes du Haut-Champsaur et le Parc national des Écrins.

Bis repetita. Après la restauration d'un « mur paysan » au hameau des Roranches (commune de Saint-Jean Saint-Nicolas), un second stage de formation a été organisé sur des murs en pierres sèches.

2013-09-stage-pierre-mur1Cette fois, c'est au hameau des Usclas (commune d'Orcières) que le chantier s'est déroulé, sur un mur de soutènement plus élaboré, en bord de route.

Ce type de formation, organisée conjointement par la communauté de communes du Haut-Champsaur et le Parc national des Écrins, est destiné aux employés des collectivités amenés à intervenir sur ce type d'ouvrage mais aussi aux particuliers et aux élus du territoire qui souhaitent connaître ces techniques.

2013-09-stage-pierre-mur22013-09-stage-pierre-mur3

Aux Usclas, ce ne sont pas seulement des pierres cueillies sur le site qui ont été utilisées mais également des pierres venues d'une carrière proche, apprêtées et taillées pour une mise en œuvre plus appareillée.

2013-09-stage-pierre2-600

Cette fois encore, l'équipe de LRS (association lacs, rivières et sentiers) a préparé le chantier et la formation : deux jours ont été nécessaires pour décaisser, trier la terre des pierres, classer par forme et grosseur ces mêmes pierres qui, réutilisées, deviendront un parement soigné, un cœur de mur bloqué, un drain de petits cailloux efficace.

Une technique simple mais exigeante

Les 6 et 7 septembre, c'est au tour des employés de la communauté de communes du Haut-Champsaur, de la commune d'Orcières et de quelques agents du parc national d'apprivoiser cette technique si simple en apparence mais qui se révèle vite exigeante et pointue pour arriver à un résultat acceptable.

En bon archéologue, François Ricou, le directeur de la communauté de communes, profite de cette opportunité pour « fouiller » l'ouvrage éventré et en tirer quelques informations quant aux pratiques et usages des populations qui ont édifié ces murs.

2013-09-stage-pierre-mur4C'est Loîs Ginoul, artisan murailler qui anime ce stage. Patient et pédagogue, il accompagne chacun dans l'acquisition de ces savoir-faire ancestraux.

De ce tas de pierres informe naîtra, au bout de deux jours, un magnifique mur au parement soigné à la longévité garantie. On estime qu'un bon murailler réalise 1m de mur par jour, y compris le terrassement nécessaire et le tri des pierres...

Le samedi, c'est une équipe plus restreinte qui finira la restauration du mur principal.

Une demie-journée est déjà prévue pour achever le couronnement du deuxième mur-test et coiffer ces murs par un peu de terre qui, en se végétalisant, fournira une protection efficace à ces ouvrages.

2013-09-stage-pierre3-600

2013-09-stage-pierre-groupe

Ces deux stages ont permis d'évaluer l'ampleur d'un projet plus ambitieux de restaurer sur une plus grande échelle ces murs en pierres sèches qui caractérisent les paysages agricoles de terrasses.

Rendez vous est déjà pris pour un troisième stage à Saint-Léger-les-Mélèzes au printemps prochain sur un autre type d'ouvrage encore : les murs de soutènement en maçonnerie traditionnelle.

alt Lire aussi :

Chantier sur les murs paysans des Roranches - juillet 2013
Un premier "stage" a réuni une bonne vingtaine de personnes en deux jours, volontaires pour se former à la restauration et à l'entretien de ces ouvrages en pierres sèches. D'autres chantiers de formation vont avoir lieu dans le haut-Champsaur pour partager ces savoir-faire.

altRéallon : des terrasses restaurées - novembre 2011
Un chantier-formation a permis de remonter quelques-uns des plus beaux murs et ouvrages qui forment ce paysage construit par l'homme.

 

altDes pierres agencées dans le paysage - septembre 2011

Un mur de pierres sèches a été restauré dans le cadre d'un chantier-formation réalisé aux abords d'un sentier du hameau des Marches, à Orcières dans le haut-Champsaur