A l'écoute des lagopèdes

-A A +A
Enregistrer leurs vocalises est un moyen de repérer leur présence... et même d'individualiser les mâles chanteurs ! Une méthode discrète et peu invasive pour les oiseaux, testée dans les Écrins dans le cadre d'un programme de coopération franco-italien en lien avec les évolutions du climat. Vos observations sur cette espèce sont toujours les bienvenues.

Lagopèdes en tenue estivale © M.Coulon - Parc national des Ecrins Les montagnes ont des oreilles... Depuis le printemps et pendant trois mois, des tests de "balises d'enregistrement acoustiques" ont été réalisés au col d'Arsine. L'objectif : enregistrer les vocalisations des lagopèdes !

Avec l'appui de Frédéric Sèbe, spécialiste de ce type d'enregistrement et du traitement de ce type de données à l’université de Saint-Etienne, le Parc national organise ce test dans le cadre du programme transfrontalier franco-italien CClimaTT dont il est partenaire.

Installation bioacoustique lagopède - © C.Coursier - Parc national des Ecrins Installation bioacoustique lagopède - © C.Coursier - Parc national des Ecrins

Tous les matins, de 2 heures avant le lever du soleil à une demi-heure celui-ci, les sons des oiseaux présents sur le site ont été enregistrés automatiquement.

lagopède - © Cyril Coursier - Parc national des Ecrins Installation bioacoustique lagopède - © L.Imberdis - Parc national des Ecrins

Installation bioacoustique lagopède - © C.Coursier - Parc national des Ecrins "Si ces techniques permettent des études à large spectre, l'espèce visée ici est le lagopède alpin, oiseau prioritaire pour le Parc national des Ecrins" explique Ludovic Imberdis, chargé de mission Faune.
"La difficulté de compter correctement cet oiseau nous pousse à investir d’autres domaines d'étude pour l’avenir. Des travaux sont en cours dans d'autres espaces comme l'équipement des oiseaux avec des balises GPS, les études génétiques,... Le Parc national a choisi de privilégier le suivi acoustique, technique parmi les moins invasives et perturbantes pour les oiseaux."

Il est même possible d'individualiser les mâles chanteurs par leur chant.

Installation bioacoustique lagopède - © L.Imberdis - Parc national des EcrinsCette technologie permet donc d'obtenir un nombre d'individus chanteurs précis. "Et c'est ce nombre, ramené aux 100 ha que l'on utilise habituellement comme indicateur de densité pour l'espèce" précise Ludovic.
"En couplant cette mesure avec les comptages qui sont réalisés annuellement sur le site d'Arsine, on va donc pouvoir réaliser un calibrage croisé des méthodes".

Actualité > Au chant des lagopèdes

L'idée, au-delà d'un indice local, serait de déployer cette technique à plus large échelle, en utilisant notamment les modèles d'habitat et ce, pour avoir une meilleure image de l'état de l'ensemble de la population. "Quand elles sont trop locales, les informations collectées ne permettent pas de faire scientifiquement des extrapolations valides sur l’ensemble d’un massif."

La pose de ces deux balises constitue une pré-étude pour valider la faisabilité sur site et pouvoir développer le dispositif à plus grande échelle à partir de 2019, dans le cadre de l'Alcotra CCLIMATT.

Le Parc national rejoint ainsi le cortège des sites sur lesquels se mettent en place et se développent des outils pour une meilleure connaissance sur le lagopède alpin.

Sur Biodiv'Ecrins, les observations du lagopède alpin dans les Ecrins

Lagopède en tenue estivale © JP Telmon - Parc national des Ecrins Transmettez vos observations de lagopède

Cette petite poule (400 à 500 g) vit toute l'année au-dessus de la limite supérieure de la forêt. En parcourant le massif, dans cet espace sauvage qui est leur milieu de vie, les randonneurs à pied ou à ski peuvent en être des observateurs attentifs, vigilants... et utiles !

Si tel est le cas, en transmettant au Parc national vos observations du lagopède alpin, vous contribuez à la connaissance d'une espèce fragile dont l'aire de répartition et les populations méritent d'être mieux appréhendées.

Mimétique, le lagopède n'est pas facile à repérer. Parfois, on le repère au "chant" rauque du mâle avec les premiers rayons du soleil. 

Compagnie de lagopèdes © R.Papet - Parc national des Ecrins
Dans sa tenue hivernale, il devient plus répérable dans les rochers... 

Si vous rencontrez un lagopède, nous vous invitons à nous retourner la fiche d’observation que vous pourrez demander auprès des gardiens de refuge et dans les maisons du Parc. Si vous ne disposez pas de la fiche sur le site, pensez à noter la localisation (coordonnées GPS) et l'altitude pour pouvoir la compléter ultérieurement.

Une version numérique à compléter peut être téléchargée sur le site du Parc national des Ecrins : Fiche d'observation lagopèdes

Transmettez vos fiches : obs-lagopedes@ecrins-parcnational.fr

Lire aussi :

En altitude, au-delà des spatules, observez le lagopède !

Zoom sur le lagopède alpin

Chronique nature  :
> [Sentinelles du climat] Le lagopède alpin, à l'épreuve du changement climatique
> Le lagopède alpin, un oiseau d'altitude menacé

Observez les bouquetins marqués et les lagopèdes alpins !

Ouvrez l'oeil ! Trouvez les lagopèdes
Un jeu pour petits et grands : sept lagopèdes à trouver dans l'image d'un pierrier...